Fictions
« Le métier de vivant » : fraternités et spleen chez François Saintonge

« Le métier de vivant » : fraternités et spleen chez François Saintonge

05 septembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après Dolfi et Marilyn,  un auteur connu sous un autre nom continue à publier des romans nostalgiques sous le pseudonyme de François de Saintonge. Situé à l’ère des Thibault ou de la tétralogie d’Aragon, Le métier de vivant suit 3 trajectoires de fils aisés avant et après la Première guerre. Classique et mélancolique. 

[rating=3]

A la veille de la Première guerre, Max, Léo et Lothaire se fréquentent dans un grand lycée parisien. Les deux premiers sont cousins et contraints de se battre, l’un comme pilote, l’autre, plus tardivement en 1917. Lothaire, le jouisseur a aussi un handicap qui lui permet de rester à l’arrière. Une fois Max démobilisé, il entame une liaison à épisodes avec une américaine mariée et qui lui ressemble comme une sœur. La monogamie réussit peu à Lothaire tandis que la politique ouvre les bras à Léo…

Thème et écriture très nostalgiques sont le sceau de ce roman générationnel qui semble parfois pasticher Giono ou Barrès quant à son style élégant, psychologique, mais résolument vintage et volontiers nostalgique d’une certaine tradition nationaliste française. Une jolie fresque qui brille par ses femmes, son argent et les illusions perdues du personnage principal, Max, assez ballotté par l’Histoire.

François Saintonge, Le métier de vivant, Grasset, 256 p., 18 euros. Sortie le 2 septembre 2015.

visuel : couverture du livre.

 

 

[L’Étrange Festival] « La Peau de Bax » : un film à avoir dans le viseur
[Deauville 2015] La Cérémonie d’ouverture avec Keanu Reeves : du sable, des planches, une étoile et la neige (04/09/2015)
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *