Fictions

La conjuration de Philippe Vasset: cartographie d’une rébellion

La conjuration de Philippe Vasset: cartographie d’une rébellion

25 septembre 2013 | PAR Alice Dubois

[rating=4]

Journaliste et écrivain français, né en 1972, Philippe Vasset vient de publier chez Fayard son septième roman, La conjuration. Diplômé en géographie, membre fondateur du collectif L’Atelier de géographie parallèle, l’auteur poursuit ici son errance urbaine quasi obsessionnelle. Un roman poétique, tendre et subversif qui nous éloigne pour un temps des sentiers battus.

LaconjurationLe personnage principal et narrateur n’a évidemment pas de nom. Sorte de guide anonyme englouti par la grande ville, il passe le plus clair de son temps à errer de l’autre côté des périph’, par delà les lignes droites, au milieu des friches en décomposition, au cœur des forêts bordant la ville. Partout où l’imprévisible a encore un sens. Marchant encore et encore, bravant les interdits, déverrouillant les accès privés pour ressentir le bonheur des chemins de traverse, notre jeune homme erre, seul et désolé.

« Disposer de cachettes secrètes dans Paris ne participait pas seulement d’un plaisir puéril. Plus obscurément, cela m’avait permis de maintenir pendant des années mon existence en suspens, de considérer qu’elle n’était, après tout, qu’un choix parmi d’autres, que rien n’était définitif et la fuite toujours possible. »

Mais voilà qu’en quelques années, à l’aube du XXIème siècle, il voit son terrain de jeu urbain disparaître peu à peu : adieu les moulins de Pantin, la gare abandonnée d’Arcueil, les magasins généraux d’Aubervilliers où il aimait tant se réfugier. Les sièges sociaux aux murs de verre envahissent inlassablement ce qu’il reste de zones libres. Se sentant « otage d’une ville bornée, métrée, étalonnée », il ne va pas se faire prier longtemps lorsque, au détour d’une ruine périurbaine, il fait la rencontre d’André, businessman sans scrupule qui lui propose le plan du siècle : fonder une secte et se faire du blé.

 

Alors que notre homme enchaîne les études de cas dans l’espoir de trouver le lieu idéal aux grands rassemblements mystiques, la collaboration houleuse aura raison de ses rêves. Ce n’est finalement qu’en continuant à errer tel un fantôme au milieu d’une réalité qui ne le voit même plus, qu’il va fédérer autour de lui d’autres ombres, toutes à la marge de la société, immiscées au cœur de notre quotidien, silencieuses et furtives, s’effaçant peu à peu. Des ombres sans identité que l’on croise dans les couloirs de nos grandes entreprises, dans l’ascenseur de nos immeubles sinistres et jusque derrière nos fenêtres éclairées. Spectateurs de la vie des autres, bravant les digicodes, épiant l’humain dans son intimité, les initiés se greffent les uns aux autres. Et voilà qu’une armée entière de conjurés sillonne la ville, faisant fi du quadrillage imposé et marchant, superbement libres, là où bon leur semble.

« Je laisse la météorologie urbaine composer mon itinéraire, déviant ma route selon les pannes d’électricité, les embouteillages, et les descentes de polices. Je n’ai ni but ni règles : pas de sommet à gravir, pas d’exploit à accomplir. Derrière moi, le groupe avance en ondoyant, tournant chaque poignée de porte, poussant chaque fenêtre…Dès qu’une brèche apparait, on s’engouffre, dès qu’un sillage se forme, on le suit (…) Nous avons glissé hors de la langue. Nous ne faisons qu’entendre les mots, les phrases adressées à d’autres sans jamais véritablement élucider leur portée. Mais par les mille trous dont nous avons percé la ville, nous captons tout, sans discrimination »

La conjuration de Philippe Vasset est une merveilleuse ode à la liberté. Un pamphlet poétique sur la rébellion qui dépeint avec beaucoup de justesse la tristesse et l’aseptisation du monde urbain. Les études de cas rédigées par le narrateur sont de formidables témoignages de ce qu’il reste encore ici et là d’espaces libres, levant le voile sur les mystérieuses zones blanches des cartes IGN, ces parcelles sans autre légende que le vide qu’elles représentent. Véritable roman sociologique qui porte une vision sur la ville et ses habitants, La conjuration se lit aussi comme un roman d’aventure populaire. Une carte d’aventurier qui dévoile tous ses secrets à qui rêve aussi de prendre la tangente.

La Conjuration de Philippe Vasset

Editions Fayard

Parution: 21 août 2013

230p. Prix: 17€

ISBN: 978-2-213-67246-5

Daniel Dewar et Gregory Gicquel, prix Marcel Duchamp 2012, exposent au Centre Pompidou
Jean-Louis Trintignant, l’hirondelle poétique
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *