Fictions

« Je ne me souviens pas », la litanie stylée de Mathieu Lindon

« Je ne me souviens pas », la litanie stylée de Mathieu Lindon

19 avril 2016 | PAR Yaël Hirsch

Mathieu Lindon, auteur de Les hommes tremblent (2014) et Ce qu’aimer veut dire (2011) est fidèle aux belles éditions P.O.L.  pour un livre – madeleine de Proust tout en prétéritions. 

[rating=3]

Avec infiniment de sensualité et de modestie, c’est à un banquet de prétéritions et d’anaphores que nous convie Mathieu Lindon. Dans son nouvel opus, chaque paragraphe commence par « Je ne me souviens pas » et déploie tout un pan de vie qui était annoncé comme englouti. Les grandes idées se mêlent avec les sensations de l’enfance, la douce empreinte de l’habitude avec les grandes claques de la première fois- tout ceci minoré par la négation dans laquelle elles nous arrivent emmaillotées « Je ne me souviens pas ».

Le résultat est une sorte de compilation poétique qui forme une trame hypnotisante et qu’on pourrait fort joyeusement qualifier d’Anti-mémoires ou de portrait en creux. Un livre à suivre à la trace, comme le souvenir perdu d’un amour lointain, et à déguster pour sa langue si bien maîtrisée.

Mathieu Lindon, Je ne me souviens pas, POL, 160 p., mars 2016, 14.90 euros.

« Je ne me souviens pas de mes colère, j’espère qu’elles sont terribles; des colères ternes, personne ne se souhaite ça » p. 37.

[Cannes 2016] Les sélections de la Quinzaine et de la Semaine dévoilées
[Cannes 2016] Tony Gatlif, parrain des visions sociales
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *