Fictions
« Folle de Lui » : Bridget Jones rempile pour un troisième volume

« Folle de Lui » : Bridget Jones rempile pour un troisième volume

13 novembre 2014 | PAR Audrey Chaix

Les lecteurs avaient laissé Bridget Jones et Mark Darcy filer le parfait amour en 1999, à la fin du deuxième volume de la série, L’Âge de Raison. Helen Fielding avait l’air de nous promettre un happy end digne des plus belles comédies romantiques. Mais pour ce troisième opus, les fans de la plus célèbre des célibattantes ont appris une horrible nouvelle, qui a révolté la Grande-Bretagne lors de la sortie de Mad About A Boy l’année dernière : Mark Darcy s’est tué en Afrique, et Bridget Jones se retrouve veuve avec deux enfants en bas âge. A l’heure des sites de rencontre et de Twitter, elle redevient la Bridget des premières heures, à nouveau à la recherche de l’âme sœur.

[rating=3]

couverture-folle-de-lui-dhelen-fielding

Helen Fielding n’a pas oublié les bonnes vieilles recettes : Bridget compte toujours les kilos, les calories, le nombre d’heures passées à penser à tel ou tel amoureux… mais aussi les poux sur la tête de ses enfants et ses followers sur Twitter. Car le téléphone portable a remplacé la bonne vieille messagerie du fixe, et Bridget est mère de deux bambins de moins de dix ans (à cinquante ans, ça tient du miracle). Difficile, dans ces conditions, de se remettre à la recherche du prince charmant, d’autant plus que Bridget a dû mal à oublier la vie passée avec Darcy – les moments de tristesse et de nostalgie sont très touchants. Heureusement, ses amis Jude, Tom et Tabitha sont là pour l’aider à se remettre dans le bain de la séduction, et Daniel Cleaver, parrain de ses enfants, est toujours aussi pervers.

Tandis qu’elle se débrouille tant bien que mal avec ses deux enfants, Bridget écrit également un scénario de série télévisée d’après Hedda Gabbler (sic) de Tchekhov (re-sic), et elle drague des jeunes hommes de vingt ans de moins qu’elle sur Twitter. Finalement, même si tout a changé autour d’elle, des nouvelles technologies à sa situation familiale, Bridget n’a, elle, pas tellement évolué, et c’est un peu dommage : Mark lui ayant laissé suffisamment d’argent pour qu’elle n’ait pas besoin de travailler (et il a dû lui laisser un sacré pactole, pour qu’elle puisse vivre dans le centre de Londres avec deux enfants), elle se consacre donc entièrement à son scénario médiocre et à la recherche d’un nouveau boyfriend, en tentant tant bien que mal de bien élever ses enfants.

C’est donc une Bridget toujours aussi gaffeuse que les lecteurs retrouveront là, dans l’esprit qui avait fait le succès du premier volume dans les années 1990. On retrouve les aventures de la folle Londonienne avec plaisir, mais passée la joie des retrouvailles, on se lasse vite en se rendant compte que Fielding n’a pas vraiment pris la peine de faire mûrir Bridget avec ses lecteurs.

Folle de Lui, d’Helen Fielding. Traduit de l’anglais par Françoise Sorbier. Editions Albin Michel. Paru en octobre 2014. 448 p. Prix : 21,50 €.

Photo : couverture du roman

Une « Phèdre » survoltée au Théâtre du Nord
« Paris Photo » : la grand-messe de la photographie s’ouvre au Grand Palais
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture