Fictions

« Comme un chant d’espérance », les confessions d’un Jean d’Ormesson mystique

« Comme un chant d’espérance », les confessions d’un Jean d’Ormesson mystique

08 juin 2014 | PAR Yaël Hirsch

Le plus séduisant des immortels dévoile un visage mystique dans un texte surprenant. A découvrir le 12 juin aux éditions Héloïse d’Ormesson.

[rating=3]

Jean d’Ormesson, Comme un chant d’espéranceDans un texte très personnel et qui se présente comme un récit introspectif, Jean d’Ormesson avoue suivre le projet de Flaubert d’écrire un roman sur rien. Sauf que le rien se transforme peu à peu en une évocation de ses goûts et en une démonstration de moraliste, dans la veine de Pascal. Dans Comme un chant d’espérance l’académicien n’envisage rien de moins que montrer qu’il n’est pas tout à fait sérieux de douter absolument de Dieu.

Un texte riche et brillant comme Jean d’Ormesson a le secret, mais avec un gros plus : la vraie profondeur d’une question qui le taraude et qu’il nous transmet.

Jean d’Ormesson, Comme un chant d’espérance, Eho, 128 p., 16 euros. Sortie le 12 juin 2014.

« Il n’y a qu’un choix, en fin de compte, et tout se joue dans ce choix : entre le néant travaillé par le hasard et Dieu. Nous ne pouvons rien savoir du néant avant le big bang ni du néant après notre vie. Les choses sont si bien tricotées que le mur de Planck et le mur de la mort sont également infranchissables. Mais nous pouvons nous faire une idée de ce qui est possible et de ce qui est impossible. Si l’univers est le fruit du hasard, si nous ne sommes rien d’autre qu’un assemblage à la va-je-te-pousse de particules périssables, nous n’avons pas la moindre chance d’espérer quoi que ce soit après la mort inéluctable. Si Dieu, en revanche, et ce que nous appelons – à tort- son esprit et sa volonté sont à l’origine de l’univers, tout est possible. Même l’invraisemblable. D’un côté, la certitude de l’absurde. De l’autre, la chance du mystère » p. 85

Visuel : couverture du livre

La revue de web de la semaine
Le secret de l’éther n°1 d’Alex Alice
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Une réflexion sur « « Comme un chant d’espérance », les confessions d’un Jean d’Ormesson mystique »

Commentaire(s)

  • Jean-Paul Desverchère

    Un ressenti velouté et puissant quoiqu’un peu court sur Dieu, les hommes et l’univers.

    N’hésitez pas à coucher vos ressentis sur les nombreux espaces vides de ce roman d’une luminosité volontairement déstabilisante.

    Climats potentiels de la plupart de nos lendemains incertains néanmoins attendus avec ivresse.

    août 13, 2014 at 12 h 28 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *