Essais
« Portraits de nazis » sous la plume d’un dignitaire du IIIème Reich

« Portraits de nazis » sous la plume d’un dignitaire du IIIème Reich

25 mars 2015 | PAR Jean-Paul Fourmont

Les éditions Perrin publient, les portraits de nazis, écrits par Werner Best, le juriste d’Hitler. La traduction et les annotations, sont réalisées par le journaliste et historien Éric Kerjean et par la traductrice Wiebke Hildebrandt.

[rating=4]

portraits de nazisQUI EST WERNER BEST ?
Haut dignitaire du Troisième Reich, idéologue, a joué un rôle clef au sein de l’appareil nazi : juriste et éminence grise de la SS, chef adjoint de la police secrète, administrateur de la France occupée, puis plénipotentiaire du Reich au Danemark.
De 1930 à 1945, il a travaillé avec tous les hiérarques nazis.
Emprisonné à Copenhague à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1949, il décide de dresser le portrait de six des principaux nazis : Hilter, Goring, Ribbentrop, Himmler, Heydrich, Canaris
Ces portraits mêlent tranches de vie, analyses psychologiques et réflexions historiques.
Best montre par exemple un Hitler fort doué et chaleureux à ses débuts en politique, puis sombrant peu à peu dans la folie.
Se lisent également un Goring à l’humour grinçant ou un Ribbentrop nerveux et souffreteux,
totalement soumis au Führer.

WERNER BEST UN IDÉOLOGUE NAZI
Durant sa détention, il connaît plusieurs périodes de dépression sévères, il tente de reconstruire son monde perdu.
Il vise trois objectifs : justifier ses actes, expliquer l’échec du IIIe Reich, et repenser le nazisme pour lui redonner vie.
Sa conclusion est édifiante, à ses yeux, l’idéologie nazie n’est absolument, pas en cause.

WERNER UN PSYCHOPATHE CONSTITUTIONNEL
Werner Best se demande, pourquoi les nazis ont échoué.
Pour lui, seuls les hommes ont échoué, et l’utopie nazie n’est jamais remise en compte, le projet reste intact.
Best est décrit, comme « un psychopathe constitutionnel ».
Partout, où il est passé, il a mis en place, les instruments de la répression nazie.

LIBÉRÉ GRÂCE AUX PRESSIONS DE LA RFA
Il sort de prison, grâce aux pressions exercées, par la toute jeune république fédérale allemande, il décède en 1986, en ne cessant pas de défendre les anciens nazis (23 juin 1989).
Tous les portraits sont intéressants, comme celui d’Hitler, qu’il dénomme « H »
, qu’il voit comme un prophète prosélyte.
Puis d’après Best « H » a sombré dans la dépression, il donnait à toutes ses réunions, la forme d’audience monologue.
« H » considérait toute opposition contre lui, comme un sacrilège, envers la véritable foi.
« H » disait : « les hommes veulent toujours être plus intelligents que moi ».

Cet ouvrage permet de connaître davantage, le nazisme de l’intérieure, vu par le prisme des collaborateurs. Passionnant et on se demande pourquoi les autorités allemandes d’après guerre ont demandé sa libération..

Werner Best, Portraits de Nazis,traduit et annoté par Éric Kerjean etWiebke Hildebrandt, éditions Perrin, mars 2015,19 euros, 245 pages.
visuel : couverture du livre

Crash de l’A320 : l’Opéra endeuillé
The Record et We Are Still Watching au coeur de « L’Esprit de groupe » à La Villette
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture