Performance

The Record et We Are Still Watching  au coeur de  « L’Esprit de groupe » à La Villette

The Record et We Are Still Watching au coeur de « L’Esprit de groupe » à La Villette

25 mars 2015 | PAR Constance Delamarre

Esprit de groupe. Qualité essentielle sur un CV ou respiration citoyenne sur la Place de la République, l’esprit de groupe est sentiment qui réunit. Comme on dit, « plus on est de fous, plus on rit », ou bien « l’union fait la force » ! The Record et We Are Still Watching témoignent de cette union, qui sans aucun doute est importante aujourd’hui et apporte une vraie réflexion. Focus sur ces rencontres participatives avec des inconnus. 

The Record600 Highwaymen

Le concept de The Record est captivant: 35 participants amateurs à qui l’on apprend isolément une partition de mouvements et qui se rencontrent pour la première fois devant le public le jour-même de la représentation pour faire le spectacle ensemble. Retour sur la première en France de ce spectacle qui a vu le jour en 2009 à New-York.

Des jeunes, des moins jeunes, des forts, des plus frêles, des grands, des petits, des origines différentes, des timides, des plus à l’aise… Certains nous souriaient, d’autres semblaient plus tremblotants. Les 35 interprètes de The Record, que nous avons vus à La Villette mardi 24 mars, nous ressemblent. Ils représentent une partie de notre société, et leur performance traduit les interactions qui s’y passent: chacun agit individuellement dans un espace commun. Les 35 personnages interagissent et s’ignorent à la fois, certains se sourient discrètement, d’autres ne se regardent même pas. Chacun interprète sa gestuelle, qui se trouve être parfois intégrée dans un mouvement de groupe, parfois isolée sur une partie de la scène.

Même si le spectacle connaît quelques longueurs et de longs moments de silence (malgré la musique toujours présente, tantôt plus mélodique avec le violoncelliste, tantôt plus expérimentale avec des sons enregistrés), The Record est une véritable performance à l’esprit de groupe. La prouesse technique n’est pas la finalité, mais bel et bien la présence humaine.

We Are Still Watching, Ivana Müller

We Are Still Watching est un spectacle joué par ses spectateurs. En arrivant, on nous donne un numéro qui correspond à une chaise. Les chaises sont disposées en carré, laissant comme l’espace d’une scène au centre. Une fois tout le monde assis, on nous explique les consignes: vous devrez lire un script, les parties surlignées en jaune sont les vôtres. A nous de jouer.

Le spectacle commence donc par la lecture par certains d’entre nous, définis au départ, de ce fameux script caché sous les chaises. Les dialogues s’enchaînent et la curiosité de chacun des participants est à son comble. Dans cette pièce aux allures de répétition, nous sommes à la fois spectateurs de ceux qui lisent, et interprètes quand nous lisons les répliques qui nous sont attribuées au hasard. Où va-t-on être menés ? C’est toute la question que posent les dialogues: est-ce que je lis comme il faut ? / je n’ai quand même pas payé pour faire moi-même le spectacle / va-t-on devoir jouer aussi ? / on pourrait écrire un nouveau script. En somme, comment s’engager dans ce texte avec les autres ?

Dans cette communauté instantanée qui se crée différemment chaque soir de représentation, notre but est que le spectacle réussisse. Mais la metteure en scène, qui prend le temps de nous rencontrer à la fin, nous explique que tout l’enjeu n’est pas la réussite de la pièce mais de voir comment une communauté performe. Le script nous guide et nous empêche toute liberté, dans le sens où ce qui doit être lu est écrit, mais personne n’est présent pour nous dire comment établir notre relation avec ce texte – et avec les autres. Des décisions émanent donc du groupe, individuelles ou collectives, comme par exemple quand les didascalies demandent de donner le script à quelqu’un d’autre ou qu’à la fin plus aucune réplique n’est surlignée.

La pièce offre une vraie possibilité de partage avec les autres, mais est aussi une forme d’exploitation du spectateur, engagé pour faire fonctionner le système. Ivana Müller nous explique que c’est un peu le monde du travail aujourd’hui. We Are Still Watching apporte une réelle réflexion sur être-ensemble dans un espace-temps donné impliquant des règles, et sur la participation de chacun dans une communauté. Bravo aux lecteurs du mardi 24 mars 2015 !

L’Esprit de groupe, jusqu’au 28 mars à La Villette. Gagnez vos places en jouant ici

Visuel: affiche de L’Esprit de groupe

« Portraits de nazis » sous la plume d’un dignitaire du IIIème Reich
Ronit Elkabetz présidente du jury de la semaine de la critique
Constance Delamarre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *