Essais

« Je ne serais pas arrivée là si… », Annick Cojean dans l’intimité des femmes

« Je ne serais pas arrivée là si… », Annick Cojean dans l’intimité des femmes

14 mars 2018 | PAR Marine Stisi

Annick Cojean, journaliste au Monde, publie aux Editions Grasset un livre dans lequel sont regroupés 27 de ses entretiens qui commençaient tous par une invitation, celle de poursuivre la phrase suivante : « Je ne serais pas arrivée là si… ». Une proposition  comme une porte ouverte vers la confidence, la conversation intime. 

[rating=5]

Phrase ardue, nécessiteuse d’une certaine introspection, d’une conscience de son soi et du chemin parcouru. Pas évident de demander un tel exercice à des femmes aussi charismatiques que Virginie Despentes, Nicole Kidman, Michaëlle Jean ou Joan Baez. Pourtant, avec bienveillance et intelligence, Annick Cojean a su mener à bien des entretiens passionnants et éclairés, profondément inspirants et offrent, souvent, un œil nouveau sur ses visiteuses.

A son micro, des femmes illustres, artistes, femmes politiques, mais toujours engagées à leur manière, consciente de leur corps et de leur histoire. Toutes ont accepté de se prêter au jeu, de répondre avec sincérité aux questions d’Annick Cojean, des questions jamais intrusives mais toujours à propos. En un mot, Annick Cojean connaît l’art de l’interview.

Au programme, Patti Smith se confie sur les fantômes de sa vie, Christiane Taubira raconte le rire invincible de sa mère. Asi Erdogan évoque avec force son militantisme, son pays et son emprisonnement et Shirin Ebadi, son Prix Nobel de la paix. Annick Cojean conclut cet inspirant document comme un voyage dans des vies multiples de femmes par la vie et l’œuvre si admirable de Françoise Héritier, décédée en novembre dernier. A lire passionnément.

Annick Cojean, Je ne serais pas arrivée là si…, Editions Grasset, 320 pages, 20€.

Le Dîner en ville d’Angot et Brunel s’installe à La Colline
Gagnez 5×2 pass Artdanthé (soirée du 5 avril / Théâtre de Vanves)
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *