Essais
Les insaisissables mouvements deleuziens de David Lapoujade

Les insaisissables mouvements deleuziens de David Lapoujade

30 décembre 2014 | PAR Franck Jacquet

L’exigeante collection « Paradoxe » des Editions de Minuit livrait cet automne une étude de Deleuze par l’un de ses meilleurs spécialistes francophones : David Lapoujade. Deleuze, les mouvements aberrants bénéficie d’un titre plus qu’accrocheur (on doit le reconnaître, même pour les essais cela joue), d’un auteur reconnu dans le domaine, d’un éditeur prestigieux. L’auteur cherche donc à dégager les mouvements aberrants, logiques de progression et de démonstration de Deleuze, à travers son œuvre. Un propos sans doute très érudit mais extrêmement complexe, même pour qui lit Deleuze. Dommage…
[rating=1]

Chez Deleuze (mais aussi Guattari souvent sous-jacent), la vie est un ensemble de mouvements aberrants selon Lapoujade. L’ensemble peut être regroupé en trois questions : quid juris ?, quid facti ? et quid vitae ? On peut d’ailleurs, assez logiquement, passer de l’une à l’autre de ces trois interrogations fondamentales pour comprendre le monde. C’est cette démarche qui est donc choisie au long des chapitres. C’est toute une relecture de l’œuvre de Deleuze qui est proposée, projet d’une ampleur à saluer. Il faut donc bien connaître le propos du philosophe pour aborder l’ouvrage. C’est une nécessité. L’auteur interroge successivement les grands ouvrages de Deleuze pour y dégager ces glissements, ces questionnements et ces « mouvements aberrants ». Il faut dire que Lapoujade connaît sur le bout des doigts une œuvre dont il a publié des volumes posthumes (Deux régimes de fous). On voit d’ailleurs se matérialiser les propres questions deleuziennes, à tel point qu’on peut se demander si ces mouvements n’ont pas été, au regard des évolutions de la pensée de l’auteur, des tâtonnements. L’Anti-Œdipe se taille une belle part dans la dernière partie de l’analyse. Les principaux thèmes sont abordés et passés sous le crible de cette grille de lecture : ce sont des « mouvements – glissements » qui forment le monde comme d’ailleurs la pensée deleuzienne.

On déplorera la difficulté du propos. Même le lecteur de Deleuze (qui, reconnaissons-le, comporte des passages ardus) pourra éprouver des difficultés à suivre une démonstration qui s’adresse donc exclusivement aux pratiquants les plus avancés. L’écriture est complexe. On se raccroche donc, avouons-le, à quelques branches, dont les ouvrages qu’on connaît un peu mieux. Malheureusement, même Mille plateaux peut devenir inquiétant pour qui l’a lu ! Si on avait bien saisi que le système du philosophe montre que l’homme repense la Terre et la reformule avec de nouveaux modes de production, on se demande bien pourquoi, dans ce contexte, « toute monade est déjà une peuplade ». Par quel mécanisme ? Quoiqu’il en soit, la terre est bien pensée, maîtrisée par Deleuze.
Il est cependant certain qu’on pourra retrouver dans l’ouvrage les réflexions sur le capitalisme comme idée s’imposant parce qu’elle avance littéralement plus vite que les autres pour s’imposer aux peuples, même si sa plasticité comme avantage semble être quelque peu négligée. D’ailleurs, l’ouvrage se termine sur actualité (mise en perspective du capitalisme) et élan (« joie deleuzienne »), ce qui permet de compenser une lecture si difficile (pour ne pas utiliser le terme de travail dans son sens latin…).

David LAPOUJADE, Deleuze, les mouvements aberrants, Les Editions de Minuit, octobre 2014, 303 p., 27 euros
Visuel : couverture

« Cagaster » tome 2 : E-01
« Cagaster » Tome 3 : La reine des mouches
Franck Jacquet
Diplômé de Sciences Po et de l'ESCP - Enseigne en classes préparatoires publiques et privées et en école de commerce - Chercheur en théorie politique et en histoire, esthétique, notamment sur les nationalismes - Publie dans des revues scientifiques ou grand public (On the Field...), rédactions en ligne (Le nouveau cénacle...) - Se demande ce qu'il y après la Recherche (du temps perdu...)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture