Essais

« Les Deux clans » de David Goodhart : La lutte des classes aura bien lieu

« Les Deux clans » de David Goodhart : La lutte des classes aura bien lieu

01 février 2020 | PAR Julien Coquet

Ancien correspondant du Financial Times, David Goodhart propose une grille d’analyse extrêmement pertinente pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui au Royaume-Uni, mais aussi en France et aux Etats-Unis.

Vous ne le savez pas encore, vous, simples lecteurs, mais vous cochez sûrement toutes les cases de la classe Partout (« Anywhere« ) décrite par David Goodhart dans Les Deux clans. La nouvelle fracture mondiale. Statistiquement, vous qui lisez ces lignes, êtes sûrement diplômés de l’enseignement supérieur, dotés d’un capital culturel et social fort, favorables à une immigration importante. Vous avez sans aucun doute un réseau important et, à force de voyager partout et de prôner la mondialisation, vous vous sentez aussi bien à Londres qu’à Paris. Selon David, Goodhart, vous représentez un quart de la population de votre pays, l’analyse portant principalement sur le Royaume-Uni mais pouvant être appliquée à la France.

Dans cette nouvelle lutte des classes, les Partout s’opposent aux Quelque-Part (« Somewhere« ). Ces derniers se sentent ancrés quelque-part, ont besoins de repères dans cette mondialisation qui va trop vite à leur goût, et qui ne joue pas en leur faveur. Les Quelque-Part ont des carrières précaires, n’ont pas fait d’études supérieures et se raccrochent énormément aux liens familiaux. Représentant la moitié de la population, les Quelque-Part ne se reconnaissent plus dans le monde contemporain ouvert aux flux migratoires et économiques. Ils rêvent d’une Angleterre perdue, celle d’avant Thatcher.

Les Partout imposent leurs points de vue, déclarent ce qui est politiquement correct, ce qui est bon pour le pays et même pour l’Humanité avec un grand H. Les Quelque-Part, bien que plus nombreux, ne sont pas entendus. Selon David Goodhart, le seul moyen pour eux est d’alors de s’exprimer par le vote (pour le Brexit, pour l’élection de Donald Trump) ou par la contestation (crise des Gilets jaunes). Emmanuel Tood, qui vient de faire publier Les Luttes de classe en France au XXIème siècle, déclare à propos de l’essai de David Goodhart : « Un livre capital : l’analyse politique la plus percutante pour comprendre ce qui se joue aujourd’hui nous vient d’un Anglais« . Toute la réflexion de David Goodhart est appuyée par de nombreuses données et études : l’analyse Partout/Quelque-part est déclinée pour parler immigration, famille, Union européenne, égalité des sexes… Passionnant, Les Deux clans ne peut qu’amener à se poser des questions.

« Notre culture marchande de compétition individuelle, dans les démocraties sociales riches, se double d’une culture politique d’égalité des citoyens qui pèse sur ceux qui réussissent. En même temps, il est plus facile d’échouer dans une telle société, car on fait miroiter à trop de gens la possibilité de la réussite. Pourtant, trop de personnes ont désormais l’impression de ne pas pouvoir y arriver, tandis que des rôles comme celui de soutien de famille ou de femme au foyer ont été gommés ou dévalués. L’objectif de mobilité sociale, avec le stress et l’anxiété qu’il génère inévitablement, semble parfois en guerre contre l’objectif de bien-être des citoyens.« 

Les Deux clans. La nouvelle fracture mondiale, David Goodhart, Les Arènes, 400 pages, 20,90 €

visuel : couverture du livre

« Histoire de la violence » au théâtre de la Ville : la bombe Louis/Ostermeier
Un Tramway Nommé Désir envoûtant au Théâtre la Scène Parisienne
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *