Actu
Brexit : Et la culture dans tout ça ?

Brexit : Et la culture dans tout ça ?

22 décembre 2020 | PAR quentin didier

Le Royaume-Uni et l’Union Européenne règlent les dernières modalités en vue de la prise effective du Brexit le 31 janvier 2020. Si les échanges commerciaux et industriels sont l’un des sujets principaux, qu’en est-il du domaine culturel ?

L’arc Brexit devrait normalement s’achever à la fin du mois de janvier, après plus de trois ans et demi de cafouillages et de marche en arrière constante. 52 % des britanniques se sont dits favorables à une sortie de l’Union Européenne lors du référendum le 23 juin 2016. Une étude menée par la Fédération des Industries Créatives de Grande-Bretagne, révèle que 96% des artistes se disent au contraire, contre le Brexit. Alors que faut-il comprendre de cette importante opposition ? Et comment le secteur culturel va-t-il être réellement impacté ?

Des déplacements plus compliqués

L’industrie culturelle est indiscutablement liée aux déplacements d’individus et d’objets. Alors comment ces déplacements vont évoluer dans les prochaines semaines ? Le Royaume-Uni a adopté une réforme de la loi sur l’immigration. Dorénavant des visas de travail seront nécessaires dans un sens comme dans l’autre, rendant les trajets et échanges beaucoup plus fastidieux. Les œuvres d’art elles seront soumises à des contrôles douaniers plus strictes, entraînant du retard et des frais importants. Selon La Tribune qui signe un article sur le marché de l’art post-Brexit, il n’est également pas impossible que les pays de l’Union Européenne soient soumis à des taxes pour importer des œuvres en territoire britannique.

Une sortie du programme « Europe Créative »

Fondé en 2012 par l’Union Européenne, le programme Europe Créative (Creative Europe) finance depuis 2014 des projets artistiques et culturels européens. Il démarre avec un budget de 1,4 milliards d’euros pour soutenir le secteur culturel du continent. Problème pour le Royaume-Uni, une sortie de l’Union Européenne signifie une sortie du programme Europe Créative. Cette sortie n’impactera pas le budget prochain qui a été fixé à 2,2 milliards d’euros au mois de novembre par le Parlement européen. Mais dans les faits, on remarque qu’entre 2016 et 2018, 44% des projets financés par le programme possédaient un partenaire financier britannique. L’Union européenne perd donc sans surprise un précieux prestataire. Mais le divorce entre avec le Royaume-Uni n’est pas total. En effet, il est possible pour des pays hors UE de participer à ce programme de financement, ils doivent cependant payer des frais pour cela. Et c’est bien cela qui peut poser problème de l’autre côté de la Manche. Le Royaume-Uni est l’un des principaux actionnaires et bénéficiaires. Entre 2014 et 2018, Creative Europe à financer des projets culturels britanniques à hauteur de presque 90 millions d’euros.

On constate donc que le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour le secteur culturel européen, et encore moins pour celui du Royaume-Uni. Une sortie de l’Union Européenne entraine des complications administratives et économiques. Le pays insulaire s’isole alors qu’il était l’un des plus importants secteurs culturels européens. Ses relations culturelles avec les pays membres de l’UE se compliquent à une période où la pandémie a déjà sérieusement entaché ce domaine.

Visuel : ©Rock Cohen Creative commons

Miss Provence 2021 victime d’injures antisémites
Décès de Claude Brasseur
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture