Essais
Gerard Noiriel  compare  Edouard Drumont et Eric Zemmour dans Le venin dans la plume 

Gerard Noiriel  compare  Edouard Drumont et Eric Zemmour dans Le venin dans la plume 

23 novembre 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

Gérard Noiriel est historien, directeur d’études à l’EHESS. Il a été atteint dans sa dignité d’historien par les attaques d’Eric Zemmour dans « le Destin Français » paru en 2018. Dans « Le venin dans la plume » il étudie et compare le parcours et l’idéologie d’Eric Zemmour à  ceux d’Edouard Drumont, le fondateur de l’antisémitisme Français. 

 

Le parcours de deux polémistes :

Eric Zemmour et Edouard Drumont (1844- 1917). La comparaison peut surprendre. En remplaçant, comme boucs émissaires, les juifs par les musulmans, les similitudes  sont frappantes. Sur la vie des deux polémistes d’abord. Tous deux sont issus d’un milieu assez modeste mais ils ont pu étudier et devenir journaliste. Leur début professionnel a été difficile, source de frustrations, alors qu’ils avaient une haute estime d’eux même. Ils ont connu un grand succès d’écriture  avec « la France juive » en 1886 pour Drumont, « Le suicide français » (2014) et « Le destin français » (2018) pour Zemmour. Ils utiliseront le système médiatique et deviendront des polémistes extrémistes. Ils convoquent souvent l’histoire promouvant une histoire identitaire fondée sur la race ou la religion. C’est une histoire loin des archives, loin de l’étude des sources,  décrivant une France victime d’une agression par les Juifs ou les musulmans. « L’ennemi est sur le point de vaincre » : cet argument  justifie les plus sombres prophéties. Pour les deux polémistes, les responsables de la décadence sont les mêmes : les juges, les défenseurs des droits de l’homme, les historiens, le lobby juif pour Drumont, le lobby gay, les musulmans pour Zemmour et… les femmes qui ont mis à bas le patriarcat. Gérard  Noiriel dénonce la manipulation, le dévoiement de l’histoire par les deux polémistes et leur fuite en avant. Pour continuer à exister  médiatiquement ils  suscitent de nouvelles polémiques, de nouveaux scandales et se présentent comme des victimes. Après l’intensité des attaques personnelles dans « la France Juive » Edouard Drumont avait été provoqué en duel, ce qui le rendit encore plus célèbre ! Pour Eric Zemmour, les joutes verbales devant les caméras  ont remplacé les duels à l’épée, mais il reste difficile pour ses opposants de ne pas « entrer dans son jeu » Tous deux ont réussi à ancrer dans une partie de l’opinion publique l’existence « d’un problème juif » pour l’un, « d’un problème  musulman » pour l’autre.

 

La construction d’un pamphlet identitaire

Cette étude comparative sur le parcours et l’idéologie d’Edouard Drumont et d’Eric Zemmour est riche d’enseignements. La période actuelle est souvent comparée aux années trente mais elle a aussi des similitudes frappantes avec la fin du 19ème siècle. Les années 1880 étaient aussi marquées par une crise économique, par des bouleversements sociétaux, par la montée du nationalisme et le rejet des immigrés. Comme maintenant il s’agit d’une période de libéralisation et d’expansion des médias. Les deux polémistes les ont utilisées, recherchant une légitimation tout en les invectivant. L’augmentation de la concurrence dans la presse  ou les médias favorise le traitement de l’actualité comme des faits divers et la montée aux extrêmes. Drumont et  Zemmour réinventent l’histoire à leur manière mais ne reconnaissent pas le travail de l’historien. Ils s’exonèrent des faits historiques avérés, de la recherche de sources ou de preuves, utilisent la rhétorique de l’inversion et dénoncent  violemment l’histoire officielle. Gérard Noirel décortique  la construction d’un pamphlet identitaire : les deux polémistes utilisent la rhétorique du demi-mot, parlant à mots couverts. Ils utilisent des exemples saisissants et ressassent les mêmes arguments, phénomène amplifié par les réseaux sociaux. 

Ce travail de mise en perspective historique souligne la permanence à travers le temps des thèses de l’extrême droite et la similitude des circonstances, des ressorts psychologiques  qui favorisent leur émergence. Le passé peut éclairer le présent…

 

Gérard Noiriel,  Le venin dans la plume : Edouard Drumont, Eric Zemmour et la part sombre de la République, Editions La découverte poche, 254 pages, 11 Euros, sortie en octobre 2021.

Visuel : couverture du livre

Le Théâtre de la Reine blanche reprogramme « Giordano Bruno, Le Souper des cendres ». L’occasion de revenir sur les répétitions de janvier 2020.
La reprise du Rigoletto de Richard Brunel touche au cœur au Grand-Théâtre de Luxembourg
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture