Livres

Découverte d’une oeuvre de jeunesse de Yasunari Kawabata

Découverte d’une oeuvre de jeunesse de Yasunari Kawabata

20 février 2013 | PAR Sandra Bernard

Une nouvelle de Yatsunari Kawabata (1899-1972), grand écrivain du XXe siècle et premier prix Nobel de littérature du Japon, vient d’être redécouverte dans un journal local de Fukuoka par Takumi Ishikawa, de l’université de Rikkyo et l’éditeur Hiroshi Sakaguchi, qui dirige également un musée littéraire à Fukuoka.

Selon l’AFP et le Yomiuri, c’est en dépouillant les archives dans un journal de Fukuoka (ville de la pointe nord de l’île de Kyushû au sud ouest de l’archipel) le « Fukuoka Nichi Nichi Shimbun« , que les deux hommes sont tombés sur une nouvelle de Kawabata non inscrite dans le corpus officiel de sa production. Datée d’avril-mai 1927 et intitulée « Utsukushii! » (« Magnifique! ») elle raconte l’histoire d’un industriel qui enterre une jeune fille dans la tombe de son fils handicapé après que celle-ci ait eu un accident justement en se rendant sur cette tombe. Sur la pierre tombale, le père avait fait graver: « un beau jeune homme et une belle jeune fille dorment ensemble ». M Ishikawa rapproche cette nouvelle d’une oeuvre postérieure publiée en 1954 sous le titre « Utsukushiki Haka » (Une belle tombe) ». Dans cette oeuvre de jeunesse, l’ont trouve déjà les thèmes de prédilection de l’auteur à savoir la mort et la solitude. Âgé de seulement 27 ans, il avait déjà perdu ses deux parents et grands parents et avait connu une rude déception amoureuse. Ces thèmes l’ont hanté jusqu’à son suicide en 1972.

L’universitaire précise qu’ « A cette époque de nombreux écrivains connus cherchaient à se faire publier dans des journaux locaux, car les quotidiens à grand tirage de la presse nationale avaient été ravagés par le séisme de 1923 à Tokyo« . D’autre part, la faiblesse des ventes de livres poussaient les jeunes auteurs à se tourner vers ce format de large diffusion. Publié juste après son roman « Izu no odoriko » (« la Danseuse d’Izu ») les chercheurs en littérature contemporaine y voient un nouveau sujet d’étude sur la construction de la pensée et de l’oeuvre littéraire du maître. C’est la Fondation Kawabata, chargée de la gestion de ses écrits, qui l’a expertisé et en a confirmé authenticité.

Visuel : image wikipédia du domaine public

AS IF I AM NOT THERE : L’horreur de la guerre des Balkans racontée à travers les yeux de Natasa Petrovic
[Live report] Fidlar au Point Éphémère : fabuleux feu d’artifice punk
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *