Beaux-Livres

Un livre sur le Berverley, le dernier cinéma porno de Paris

Un livre sur le Berverley, le dernier cinéma porno de Paris

24 juillet 2019 | PAR Yaël Hirsch

Alors que le dernier cinéma phonographique de Paris a fermé ses portes au début de cette année 2019, Claude Forest et Arnaud Chapuy proposent un livre illustré qui revient sur plus de 60 ans d’activité.

Claude Forest, directeur de la collection « Salles de cinéma » chez l’Harmattan et Arnaud Chapuy nous proposent dans un beau-livre illustré de belles photos du lieu par Arnaud Chapuy et d’affiches de films de revenir sur les 65 ans d’activités du Beverley. Né comme cinéma d’art populaire sous le titre du « Bikini » en 1952, ce cinéma situé au coeur de la capitale, 14 rue de la Ville-Neuve, dans le 2e arrondissement, non loin du Rex, contient une centaine de places et propose d’abord un film par semaine, indépendant, à prix modique. Face à des difficultés de fréquentation, il passe (presque) sans transition de la Bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo à Pervertissima de Jean-Louis Van Belle. Avec environ 80 000 spectateurs par an, le lieu connaît « trois glorieuses » au milieu des années 1970, temps béni de Histoire d’O et de Emmanuelle (plus d’1,5 millions d’entrées en France). Evidemment la VHS et le web ont sérieusement érodé les fréquentations, ainsi que transformé la population du Berverley, même si la dernière année de son exploitation, en 2018, le cinéma comptait encore 38 000 spectateurs.

A travers l’histoire du Beverley, c’est toute l’épopée de l’érotisme et de la libéralisation des moeurs que Claude Forest se plaît à nous raconter, avec des belles affiches et des titres inoubliables. L’aspect économique est bien pris en compte, notamment à travers un rendu sérieux des chiffres de fréquentation et l’on sait quels films ont triomphé au Bradley. On reste un peu sur notre faim quant à l’explication de la survie de ce dernier des Mohicans et bien sûr si elle est faite, la sociologie de ses spectateurs reste une ébauche. Finir sur les beaux clichés du lieu par Arnaud Chapuy laisse une impression forte de nostalgie, même pour ceux et celles, qui n’y ont jamais mis les pieds. Un Beau-Livre à offrir aux curieux et aux amoureux du vieux Paris.

Claude Forest et Arnaud Chapuy, Le Berverley, le dernier cinéma porno de Paris, L’harmattan, 96 p., 25 euros. Sortie le 14 février 2019.
visuel : couverture du livre.

David Nathanson : « On a un festival qui a l’air de se porter bien parce qu’on a tous les ans de plus en plus de spectacles, mais on a aussi beaucoup de compagnies qui en crèvent »
« Back to the Moon » : le documentaire qui vous fait revivre le 19 juillet 1969
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *