BD

Miss Hokusai, l’art, la vie et l’au-delà

Miss Hokusai, l’art, la vie et l’au-delà

01 avril 2019 | PAR Laetitia Larralde

Les Editions Picquier publient Miss Hokusai, un classique du manga jusque-là inédit en français, et nous offrent une promenade dépaysante dans le Tokyo de 1814.

Publié entre 1983 et 1987 dans le magazine Weekly Manga Sunday, Miss Hokusai s’intéresse à une artiste oubliée. O-Ei, une des quatre filles du peintre Hokusai, a hérité du talent artistique de son père ainsi que de son fort caractère. Ils vivent tous les deux à Edo au début du XIXème siècle une vie bohème, centrée sur leur art. Autour d’eux gravitent divers personnages, tous reliés de près ou de loin au milieu artistique. On croise Ikeda Zenjiro (le futur peintre d’estampes Keisai Eisen), toujours chez son maître Hokusai, des peintres d’autres écoles comme celle d’Utagawa, des éditeurs, des clients ou encore de riches mécènes. La vie s’écoule entre sorties au quartier des plaisirs, où les femmes servaient de modèles à de nombreuses estampes, vie de quartier, vie de famille et création artistique.

Adapté en 2015 en dessin animé par Keiichi Hara, à aucun moment la lecture du manga donne une l’impression de faire doublon. Si le thème et les personnages sont communs et quelques histoires sont reprises, les structures narratives sont très différentes, ainsi que le style graphique. Le dessin animé a nettement choisi un ton plus contemporain, et une narration plus linéaire.

Le livre est découpé en un enchaînement de petits épisodes, sans réel lien chronologique, comme un assemblage de moments de vie recréant un tableau global par touches fugaces. Il en découle une sensation de fluidité, d’écoulement du temps paisible, tout en atteignant une certaine intemporalité.
Les épisodes alternent entre des thèmes morbides, surnaturels, sensuels ou juste quotidiens, et évoquent en filigrane les yokais, les belles femmes et les habitants de Tokyo qui peuplent l’œuvre d’Hokusai. L’art et la réalité semblent indissociables, ils se superposent et s’entremêlent dans une danse au tempo fluctuant.
Si l’art est le sujet central du manga, il est contrebalancé par des moments ancrés dans le quotidien. Entre scènes de création d’une peinture, soirées de beuverie, rapport avec les commanditaires, ou sortie au bain public, il se dessine un portrait complet de la vie d’O-Ei et Hokusai, et des artistes de cette époque de façon plus étendue. Les rapports entre hommes et femmes sont finement observés et variés, du lien père-fille au rapport avec des professionnelles en passant par différents types de relations amoureuses.

Sugiura Hinako était une historienne spécialisée dans la vie et les coutumes de l’époque Edo, et cela se ressent à la lecture. Sans entrer dans une débauche de détails, les décors et costumes portent la marque de leur époque, et les usages sont évoqués de façon naturelle, le tout créant une ambiance particulière.
Le dessin n’est pas uniforme, il fluctue entre un trait de plume très simplifié et un trait de pinceau plus épais et expressif, des remplissages par des trames ou des lavis, des images chargées de noir ou épurées au maximum. Il en ressort une grande expressivité graphique et certaines scènes comme celle de la peinture du dragon nous emportent dans leur tourbillon d’encre.

Miss Hokusai est un manga qui sous une apparente simplicité cache de nombreux questionnements sur la création et les rapports humains. On se laisse entraîner avec plaisir à la suite de la discrète O-Ei et de son père de génie.

Miss Hokusai, tome 1- Sugiura Hinako
Éditions Picquier

Visuel : ©Éditions Picquier

La finta pazza : folle redécouverte à l’Opéra de Versailles
Los Silencios – un film de Beatriz Seigner
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *