BD

« Le bestiaire des fruits », l’aventurière du fruit exotique perdu

« Le bestiaire des fruits », l’aventurière du fruit exotique perdu

20 juin 2018 | PAR Laetitia Larralde

Dans un petit livre hybride entre blog, bande dessinée et manuel de biologie, Zviane, autrice de bande dessinée et musicienne québécoise, nous révèle les secrets de sa quête du fruit exotique ultime.

Zviane aime vivre dangereusement. C’est avec un courage frisant l’inconscience qu’elle se lança, un jour de 2001, et acheta un fruit inconnu dans un supermarché de Saint-Laurent, au Québec. A l’époque, internet fonctionnait encore à la vitesse d’un escargot arthritique, Wikipédia n’existait pas, ce qui voulait dire que toute question n’avait pas sa réponse immédiate et l’expérience directe était une composante primordiale du savoir. Zviane décida donc de devenir un « samouraï des fruits » et de tester tous les fruits exotiques qu’elle trouverait, telle une intrépide aventurière.

Après avoir existé sous forme de notes de blog, puis de fanzine, cette réédition du Bestiaire des fruits a trouvé sa forme actuelle par un retravail de certaines histoires soit au niveau dessin, soit au niveau scénario, et par l’ajout de nouveaux fruits et de nouvelles pensées. Le livre s’organise comme une étude quasi scientifique avec des airs de concours Miss / Mister Fruit. Chaque fruit est noté selon quatre critères : le goût (est ce que ça ressemble à de la tomate pas mûre ou c’est le paradis dans ta bouche ?), l’aspect (de la crotte du tamarin à l’explosion colorée du pitaya), la propreté quand on le mange (faut-il prendre un douche après ou Nadine de Rothschild approuve-t-elle ce fruit ?) et la facilité de dégustation (manger une noix de coco demande une artillerie spécifique, à l’inverse de la framboise).
Tous les candidats au concours du meilleur fruit sont présentés par une histoire courte, parfois tenant de l’anecdote autobiographique, parfois de l’extrapolation humoristique, avec de temps en temps des moments plus descriptifs. Les quinze épisodes s’enchainent sans lasser, la présentation étant variée et pleine d’humour. Chaque expérience gustative donne lieu à des mises en scène montrant la curiosité sans limites de l’autrice, ainsi que son ouverture d’esprit qui la pousse parfois à remettre en question son avis et à retenter l’expérience.
Le dessin de Zviane est efficace : son trait simple et énergique transmet l’histoire et les émotions, le tout saupoudré de quelques expressions québécoises et dans une bonne humeur enthousiaste communicative.

Le bestiaire des fruits, le petit précis de pomologie exotique qui vous fera courir au rayon primeurs !

Le bestiaire des fruits, de Zviane
124 pages, La Pastèque

Visuels © La Pastèque

Lyon : Hermès « hors les murs » signe une histoire d’amour avec le public
« Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique », roman audacieux de Balli Kaur Jaswar
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *