Livres

BD : De l’utilité des donuts, la force des détails

25 décembre 2010 | PAR Sonia Dechamps

Publié en 1973 aux Etats-Unis, « De l’utilité des Donuts » n’arrive qu’aujourd’hui – et enfin ! – en France. Captivant.

Ce n’est pas tant par son histoire que par la prouesse graphique de Mark Alan Stamaty que cet album capte l’attention du lecteur. « Sam vivait avec sa famille dans une charmante maison. Il avait un grand jardin et des tas d’amis. Mais par dessus tout, il voulait des donuts (…) des centaines et des milliers et des millions de donuts ». Sam décide donc, un jour, de se rendre à « la grande ville » afin d’assouvir sa passion des donuts ; grand ville où il va rencontrer le plus grand collectionneur de donuts du monde, mais également une vieille femme qui lui posera une question assez fondamentale : « A quoi bon ces donuts maintenant ?! »

Graphiquement, « De l’utilité des donuts » est réellement impressionnant. Les pages – en noir et blanc – sont (sur)chargées, offrant au lecteur un nombre incroyable de détails à observer.
L’impression est un peu celle de jouer à « Où est Charlie ? »… sauf qu’il n’y a pas de Charlie à trouver. Le lecteur se laisse rapidement prendre au jeu et se surprend à détailler chaque illustration. De la ville imaginaire dessinée, il observe les noms des magasins, les indications données par les pancartes, les habits et expressions des passants… Il en vient même à chercher si un donut ne traine pas par-ci par-là, afin d’orienter Sam, le jeune gourmand. Alors qu’il croit avoir fait le tour des images, chaque lecture lui fait découvrir de nouveaux détails.

« De l’utilité des donuts » fait partie de ces albums, finalement assez nombreux, définis comme « albums jeunesse », mais qui s’adressent en réalité à tous les publics. Si une dizaine de minutes suffit pour le lire, ce sont des heures qui peuvent être passées avec Sam. Et toujours avec plaisir.

« De l’utilité des donuts » de Mark Alan Stamaty,  trad. Mariette Cousty, Wladimir Anselme, Actes Sud, 48 pages, 14 euros.

Abel de Diego Luna jolie fable tendre et cruelle
Policier : Le jeu du pendu d’Aline Kiner
Sonia Dechamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *