Livres
Amin Maalouf, le nouvel immortel de l’Académie Française

Amin Maalouf, le nouvel immortel de l’Académie Française

18 juin 2012 | PAR Fairouz Guedouar

Jeudi 14 juin, l’écrivain franco-libanais Amin Maalouf est reçu sous la Coupole, pour la cérémonie d’une solennité sans précédent qui l’introduit à l’Académie Française, au fauteuil 29.

 

Paré des symboles de sa double culture, Amin Maalouf se voit offert l’épée d’académicien comportant un médaillon représentant une Marianne et un Cèdre du Liban. Sur la lame sont gravés les prénoms de sa femme Andrée, de ses trois fils, ainsi qu’un poème de son père. Une livre libanaise à son effigie a été émise en hommage au nouvel immortel. Dans son discours Amin Maalouf revient sur l’histoire de la relation entre le Liban et la France, ses deux nations. Il remonte jusqu’au 16ème siècle, pour parler de la relation entre François Ier et Soliman le Magnifique, mais aussi des mythes antiques avec Zeus, déguisé en taureau, qui enleva la princesse Europe, qui allait donner son nom au continent où nous sommes. Le mythe dit aussi que le frère d’Europe, Cadmus, partit à sa recherche, apportant avec lui l’alphabet phénicien, qui devait engendrer l’alphabet grec, de même que les alphabets latin, cyrillique, arabe, hébreu, syriaque et tant d’autres.

Aussi l’écrivain qui succède à Claude Lévy-Strauss, fait un hommage teinté d’une grande admiration pour l’anthropologue. Il retrace son parcours, fait référence à ses ancêtres de renommée ainsi que sa pensée et ce qu’il a apporté à la pensée française. Claude Lévy-Strauss était en effet un homme remarquable, tant il était ouvert à l’autre et à l’inconnu à une époque brisée par les guerres, la colonisation et décolonisation. Il s’est éteint le 30 octobre 2009 à 100 ans!!!

Avec l’élection d’Amin Maalouf au fauteuil 29, les immortels ont ainsi confirmé leur souhait d’accueillir parmi leurs quarante membres des auteurs d’origine étrangère, après avoir élu Hector Biancotti, né en Argentine et décédé mardi 12 juin, François Cheng né en Chine et Assia Djebar, née en Algérie. Désormais comme il le dit lui-même, Amin Maalouf fera « résonner son accent » dans l’enceinte de l’Académie Française, afin de saper « le mur de la détestation » qui est érigé entre l’Occident et l’Orient, mais aussi entre les Juifs et Arabes.

 

                                                                                                                                                                                   Amin Maalouf sera donc un Académicien « trait-d’union » entre deux cultures importantes et mal comprises aujourd’hui. Une nomination qui tombe à pic et qui prouve que l’instance de l’Académie Française, qui semble parfois poussiéreuse, est en phase avec son temps.

 

 

Amin Maalouf publiera en septembre un roman, Les Désorientés (Grasset),Voyage d’un historien exilé de retour au Liban.


Jazz à la Villette a dévoilé son programme (29 août-9 septembre 2012)
Laetitia Casta amabassadrice du parfum Dolce & Gabbana, « Pour femme »
Fairouz Guedouar

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *