Cinema

« La fiancée du désert », un premier film argentin poignant [Cannes, Un Certain Regard]

« La fiancée du désert », un premier film argentin poignant [Cannes, Un Certain Regard]

26 mai 2017 | PAR Yaël Hirsch

Le premier film des réalisatrices argentines Cecilia Atan et Valeria Pivato met en scène le combat d’une femme d’un certain âge, forcée de quitter la capitale, qui en vient à se découvrir dans le désert argentin. « La fiancée du désert » est une oeuvre touchante aux images époustouflante, qui nous convainc qu’il n’y a pas d’âge pour se réinventer.

Teresa, Chilienne de 54 ans, a toujours travaillé au service de la même famille jusqu’au jour où elle est mise dehors et doit accepter une place loin de Buenos Aires. Elle rassemble ses modestes affaires et se met en route dans un de ces grands bus qui traversent le pays. Mais, en cours de route, à un stop, elle oublie son sac dans la roulotte d’un forain, Gringo. A force de détermination, elle la retrouve, mais son sac n’y est plus. Gringo lui propose alors de la conduire pour l’aider à le retrouver, mais l’objectif premier est vite dépassé : Avec ce monsieur à la fois rassurant et étrange, Teresa fait autrement et de manière initiatique un voyage à travers l’immensité du désert argentin. Le chemin est une renaissance pour « La fiancée du désert ».

Toute la force de ce film puissant, qui nous fait voyager en Argentine, réside dans la mise en perspective de paysages immémoriaux et immuables avec l’activité que déploie la femme, dont les deux réalisatrices font le portrait. Dans le rôle de Teresa, on retrouve avec joie la grande actrice chilienne Pauline Garcia, vue et adorée dans le rôle de « Gloria«  de Sebastien Lelio, Ours d’or 2013. Film puissant, sensible, esthétique et néanmoins original sur un sujet qui pourrait sembler déjà très souvent traité, « La fiancée du désert » a des chances de rafler un prix.

« La fiancée du désert« , de Cecilia Atan et Valeria Pivato, avec Pauline Garcia, Claudio Rissi, Argentine / Chili, Memento films, 1h18. En compétition dans la section « Un Certain Regard ».

« Tesnota » de Kantemir Balagov, un premier long-métrage russe intense et puissant [Cannes, Un Certain Regard]
« Welt » de David Bursztein au Forum Leo Ferré d’Ivry
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *