Cinema
The Silent House : plongée en temps réel dans une maison angoissante

The Silent House : plongée en temps réel dans une maison angoissante

12 mars 2011 | PAR Geraldine Pioud

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes l’an passé et en compétition officielle à Gérardmer, « The Silent House » est le premier film d’épouvante uruguayen tourné en plan séquence : une immersion angoissante de 78 minutes (sur 88 minutes de film) au coeur d’une maison étrange.

Synopsis : « Laura et son père Wilson s’installent dans une maison à la campagne pour la retaper sur demande de son propriétaire qui souhaiterait la mettre en vente au plus vite. Ils passeront donc la nuit sur place avant de commencer les travaux le lendemain matin. Tout semble se passer pour le mieux avant que Laura n’entende un bruit provenant de l’extérieur mais devenant de plus en plus fort au premier étage de la maison. Wilson s’aventure donc en haut pour voir ce qu’il en est tandis que Laura l’attend seule au rez-de-chaussée… »

Dès le départ le décor est planté : Laura (Florence Colucci) suit son père Wilson (Gustavo Alonso) dans la campagne. Au loin on aperçoit une maison, logée à l’orée du bois. Il fait sombre. La demeure semble abandonnée et pourtant, dès leur entrée dans celle-ci on sent qu’elle porte une histoire, un lourd secret qui se murmure dans chaque recoin des pièces. La suite est faite de bruits étranges, d’ombres mystérieuses et de sang sur les corps. Laura se bat contre un ennemi invisible qui semble prévoir tous ses mouvements.

Florence Colucci incarne une jeune fille ambigüe, à la fois courageuse et déterminée, mais consciente aussi de sa propre part d’obscurité. Pour la comédienne la performance est de taille : avec la maison elle forme un « duo » énigmatique, Laura se fond dans le décor alors qu’elle tente à chaque instant d’y échapper. The Silent House utilise tous les codes des films d’épouvante et réussit assez rapidement à mettre en place une ambiance angoissante. La structure filmique joue avec la poussée dramatique et avec nos nerfs! Ajouter à cela une bande son plutôt habile qui laisse le spectateur imaginer le pire dans les moments où rien ne lui est clairement montré. Et pour ceux qui auraient l’habitude de quitter la salle pendant le générique de fin, un petit conseil : si vous voulez comprendre la trame narrative, ne vous levez pas de votre siège à ce moment là!


THE SILENT HOUSE : BANDE-ANNONCE VF par baryla

The Silent House (La casa muda), de Gustavo Hernandez, avec Florence Colucci, Gustavo Alonso, Abel Tripaldi, María Salazar
Uruguay, 1h28, Épouvante / Horreur
En salles le 16 mars 2011

Infos pratiques

Mai et Johanna : contemplation jour, création nuit
Gagnez 2×2 places pour Louise elle est folle à la Maison de la poésie, jeudi 17 mars
Geraldine Pioud

One thought on “The Silent House : plongée en temps réel dans une maison angoissante”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture