Cinema

Submarino de Vinterberg

24 août 2010 | PAR Coline Crance

Submarino est le dernier film du danois Thomas Vinterberg , le réalisateur du puissant Festen , prix du jury à Cannes  en 1998. Le cinéma danois étonne et détonne, en témoigne récemment le dernier film de son confrère Lars von trier, Antichrist. Avec Submarino, Vinterberg revient à son plus haut niveau et livre un film magnifique d’une noirceur magistrale. Il sort en salle le 1er septembre 2010. Avec : Jakob Cedergren, Peter Plaugborg, Patricia Schuman, Morten Rose

Deux frères vivent des existences parallèles, séparés à jamais par les blessures de l’enfance. Dans le regard de l’un, l’autre y voit le poids de la culpabilité d’un deuil trop difficile à porter. Alcoolisme, drogue, viol, Vinterberg plonge le spectateur dans un réalisme  »crade. » La surenchère pour autant ne dessert pas son propos. Le spectateur se retrouve emporté dans les bas-fonds de ce jeune prodige danois. Fasciné, botté en touche, le spectateur tombe dans les cordes d’un scénario maitrisé jusqu’à en être K.O. Ces personnages ont beau avoir des allures de boxeur, ils n’en sont pas moins dotés d’une réelle humanité. Nick qui reproduit le schéma maternel en se noyant dans l’alcool, ne cherche finalement qu’une seule chose :  renouer avec son frère et aider ceux qu’il essaye d’aimer. Son frère, malgré un caractère autodestructeur, aime son fils et souhaite lui offrir un avenir meilleur. Malgré la noirceur, la violence que la vie leur a réservés, elle continue de leur faire sens. Le désespoir est grand, le clair obscur prime dans la mise en scène, mais les personnages de Vinterberg ne peuvent s’empêcher de regarder toujours vers la lumière. L’échappatoire existe chez le Danois. Elle se traduit par l’espérance de l’un dans son attente obstinée, la mort ou le regard de son enfant chez l’autre.

Compassion, malaise face à cette misère, le spectateur ne sait parfois plus sur quel pied danser, les symboles étant d’autant plus forts qu’ils sont bien évidemment pour la plupart dotés d’une connotation religieuse. Mais toute la beauté et la finesse de ce film proviennent de ce malaise. Vinterberg face à ces deux vies dont le destin semble malheureusement tout tracé, s’amuse à désaxer la temporalité. La réalité immédiate observée par le spectateur ne peut pas s’offrir à son jugement. Les choix et les angoisses de ses deux frères ou de leur entourage  ne se comprennent qu’à travers l’intégralité de leur vécu. La vie est elle-même coupable pour eux ; ils ne cherchent pas la rédemption en avouant leurs fautes mais simplement l’apaisement. Film magistral qui touche parfois au sublime, porté par deux acteurs remarquables , Jakob Cedergren, Peter Plaugborg, Submarino est une jolie surprise de ce mois de septembre. Le spectateur n’est pas près d’oublier les regards tétanisés, mortifiés de ces deux frères qui n’ont jamais pu se retrouver pour espérer se reconstruire ensemble.


Bande Annonce SUBMARINO
envoyé par MK2diffusion. – Regardez des web séries et des films.

Interview de Kula Shaker : Qui a besoin d’un come back?
Miss Univers 2010 est une jeune mexicaine
Coline Crance

4 thoughts on “Submarino de Vinterberg”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *