Cinema

Sortie ciné : Teza

26 avril 2010 | PAR Geraldine Pioud

Teza est une claque. Une vraie. Dès lors les prix dont il a été couvert ne sont pas une surprise : Teza est un film choc, violent, coup de poing, d’une générosité et d’une humanité rare… de ceux, engagés, que l’on aimerait voir plus souvent.

Licorne d’or au 28e Festival International du film d’Amiens, Prix spécial du jury à la 65e Mostra de Venise, Tanit d’or aux 22e journées cinématographiques de Carthage et Étalon d’or de Yennenga au 21e Fespaco de Ouagadougou… un très joli palmarès certes, mais qui n’est pas automatiquement en équation avec le niveau d’un film. Dans le cas de Teza, toutes ces récompenses sont amplement méritées. Sur un peu plus de 2 heures, cette oeuvre filmique retrace l’histoire de la dictature en Éthiopie à travers le parcours d’un homme, Anberber (Aaron Aréfé). Au début des années 70, le jeune homme quitte son pays afin de suivre des études de médecine en Allemagne de l’Est. De retour dans son pays d’origine dans les années 80, il se retrouve face à la dictature du colonel Mengistu : renvoyé en Allemagne par les dirigeants éthiopiens, il y est violemment agressé. Cet acte raciste lui coûtera une jambe. Sans joie de vivre et sans conviction, Anberber finit par rentrer définitivement en Éthiopie dans les années 90. Et c’est aux côtés de sa mère et d’une jeune marginale qu’il retrouvera petit à petit la dignité et le sourire.

Monté avec un jeu de va et vient entre flash back et temps présent, Teza est une peinture extrêmement violente du régime éthiopien : compte tenue de l’Histoire, comment réaliser un film sur ce sujet en faisant autrement? Au-delà de la dureté des images, le message est profondément optimiste et humaniste, car Teza parle aussi de toutes ces personnes qui souffrent, qui se font agresser à travers le monde juste parce qu’elles sont différentes d’une majorité. Haïlé Gérima réalise un film honnête, sans concession, qui, au delà de mettre en perspective les douleurs d’un peuple, place le genre humain face à ses contradictions. Un bijou rare, fragile, qu’il ne faut pas hésiter à aller voir!

Teza, de Haïlé Gérima, avec Aaron Aréfé, Abéyé Tedla, Takeléch Béyéné, Téjé Tesfahun
Sortie en salles le 28 avril 2010

Infos pratiques

La Gaîté Lyrique explore le numérique
Le grand Assayas
Geraldine Pioud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *