Cinema

Sortie ciné : City of Life and Death

16 juillet 2010 | PAR Geraldine Pioud

Il est important parfois de dépasser ses peurs de spectateurs, de passer au-delà de ses angoisses et de son imagination. « City of Life and Death » n’est pas un film facile. Mais une fois que vous aurez franchi les portes de la salle, malgré la dureté du propos et la violence de certaines scènes, vous ne pourrez pas avoir de regret : parce que « City of Life and Death » est une oeuvre nécessaire qui associe le traumatisme historique à la beauté de l’image.

Et effectivement, ce qui est frappant dès les premières secondes, c’est cette forme de perfection visuelle qui transcende tout : les décors, les figurants, les visages, les mouvements, etc. Dans un noir et blanc aux teintes proches du sépia, l’image se détache de la réalité historique, mettant à distance la narration pure (et véridique?) tout en permettant à la fiction de se fondre dans le contexte. Une ville détruite, vaste et pourtant : la mise en scène (sublime!) de Lu Chuan, place le film dans un huis-clos oppressant (mais nécessaire?). Et malgré la foule, le cinéaste réussit une focalisation habile sur certains personnages. On s’attache, on souffre avec eux, on reste sans voix…

Une réussite complète pour ce film salué dans de nombreux festivals. À ne pas manquer!

Découvrez ci-dessous la bande annonce et le synopsis : « Chine, 1937. Aux portes de Nankin, capitale de la Chine, l’armée impériale japonaise lance l’offensive. À l’intérieur, les soldats chinois sont totalement désorganisés. Certains veulent se rendre, d’autres s’y opposent par la force, alors que l’essentiel des troupes et une partie de la population civile ont déjà été évacués. Les remparts sont détruits par des tirs de chars. Les soldats japonais entrent dans la ville fantôme avec ordre de ne pas faire de prisonniers. Le « Massacre de Nankin » est en marche. Parmi les soldats japonais, le jeune Kadokawa prend part à la mise à sac de la ville tout en l’observant avec effroi. Du côté chinois, les soldats sont exécutés en masse, et les femmes de tous âges violées. Les nombreux civils qui n’ont pu être évacués tentent de s’organiser pour survivre… »

City of Life and Death, de Lu Chuan, avec Liu Ye, Yuanyuan Gao, Hideo Nakaizumi, John Paisley
En salles le 21 juillet 2010

Infos pratiques

Un week-end tout en jazz du Moyen-Orient
A Avignon, Papperlapapp déçoit moins en version courte
Geraldine Pioud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *