Séries
Maison Close : Luxe, Déprave et Volupté

Maison Close : Luxe, Déprave et Volupté

21 février 2013 | PAR Marie Pichereau

La fiction de la chaine cablée fait des adeptes depuis 2010 et a même raflé la première place des séries « création originale » les plus regardées. Décryptage du phénomène…

Maison close est une série française créée par Jacques Ouaniche dont la diffusion de la première saison avait débuté en octobre 2010 sur Canal +.
L’intrigue de cette série se déroule dans l’enceinte d’un bordel de luxe du début des années 1871 affublé du doux nom de « Paradis ». Durant la première saison, trois femmes vont tenté vainement d’échapper à l’esclavagisme qui leur est imposé par les hommes. En tête de fil, la « macasse » et tenancière du bordel, Hortense Gaillard (Valérie Karsenti) qui mène un long combat contre les voyous des faubourgs et la police de l’ordre qui lui réclame de l’argent et qui fait pression sur son établissement. La seconde, véritable pilier de la maison close et aussi la favorite en titre d’Hortense : Véra (Anne Charirier). Cette prostituée de 35 ans en fin de carrière, tentera de racheter sa dette pour quitter l’enfer de la prostitution. Elle misera tout sur son meilleur client le Baron du Plessis pour s’acquitter de cette dette. Enfin, il y a l’héroïne de la série, Rose  (Jemina West) qui après être montée dans la capitale, pour retrouver les traces de sa mère, sera piégée par un rabatteur et enrôlée de force derrière les portes du Paradis.

Tournés à Lisbonne, le décor et la scénographie sont assez bluffants et parviennent à ressusciter habilement le réalisme et l’ambiance libertine de ces lieux d’antan fermés depuis 1946 en France. Dans un contexte historique agité sous fond de IIIème République et de répression de la commune de Paris, le péché de chair est retranscrit de manière racée et sensuelle. Le sujet de la fiction lors de la sortie de la première série en 2010, était également conjointe à l’actualité, puisqu’après la publication d’un sondage qui donnait les français majoritairement favorables à la réouverture des maisons closes et la prise de position dans ce sens d’une députée UMP, le débat avait été relancé. (Source Figaro).

En terme d’audience la saison 1 de la série a affolé l’audimat. Bien que diffusée en première partie de soirée et interdite aux moins de 16 ans, elle avait réalisé un record d’audience pour une création originale de Canal + : 1, 7 million de téléspectateurs abonnés, soit un sur quatre. Les audiences les semaines suivantes se maintiendront autour des 1,2 million faisant de la série un véritable succès.

La saison 2, amorcée depuis quelques semaines est moins pertinente en terme d’audience que la première, mais a su garder le fil conducteur de la genèse de la série. Au programme de ces nouvelles aventures charnelles, le bordel risque d’être récupéré par Louis Mosca, un bandit accro à la cocaïne, qui sévit dans les hautes sphères bourgeoises de Paris. S’ensuivra une histoire d’amour avec l’une des pensionnaires mais surtout une guerre sanglante entre la prostitution « légale » de son établissement qui attise la jalousie et celle des rues de Paris désormais dans le collimateur de la police des mœurs. Qui mettra la main sur les « insoumises » des rues de la capitale et deviendra le « souteneur » incontesté de la prostitution? Telle est la question du dernièr volet diffusé lundi soir sur Canal+.

Selon certains dires, le succès de la série nous serait envié par les Américains puritains. Un paradoxe sans doute, mais l’adaptation de notre fiction made in France serait déjà en cours de négociations avec la chaine HBO. C’est l’acteur Mark Wahlberg (déjà producteur de Boardwalk empire pour HBO) qui devrait mener le projet d’adaptation de la série aux Etats-Unis. Encore au stade de l’écriture, le scénario sera confié à une pompe en matière de série : Elizabeth Sarnoff (LOST, Deadwood). L’intrigue restera celle d’un bordel parisien, à l’exception faite que les décors et les acteurs seront américains…
Les créations originales de Canal+ ont décidément le vent en poupe puisque Mafiosa, Braquo ou encore Pigalle la nuit devraient être elles aussi adaptées très prochainement…

Vans X Metallica
Hélène Vincent émouvante en Ita L. au Théâtre du Petit Saint-Martin
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *