Séries
Live-report: avant-première des Borgia de Canal +

Live-report: avant-première des Borgia de Canal +

12 septembre 2011 | PAR Clement Fraioli

Mardi 6 septembre, Canal + permettait à un panel de blogueurs et de blogueuses de découvrir sa nouvelle série évènement, Borgia. Au cours d’une soirée amusante et riche en rebondissements nous avons ainsi pu assister à la projection des deux premiers épisodes de cette série qui tranche avec la production française habituelle. Récit de cette soirée pas comme les autres…

Dès le taxi affrété pour nous emmener dans un lieu tenu secret par la production, nous découvrons un appareil photo numérique sur la banquette arrière. A la demande du chauffeur, nous regardons les photos, dans l’espoir de reconnaître un hypothétique client ayant oublié son appareil. Au lieu de ça, nous tombons sur des photos de femmes à demi nues, ainsi que des prêtres s’adonnant à des rites relevant plus du sexuel ou de la sorcellerie que du religieux.

La surprise, ou plutôt l’effroi, passés nous arrivons au lieu de la soirée, le Mini Palais, restaurant-bar lounge du Grand Palais. Là, nous entrons dans une salle dont la décoration oscille entre une crypte d’église et la back-room d’un club échangiste: candélabres le long des murs, crucifix surplombant des vitraux à l’effigie des personnages de la série, faux confessionnaux dispersés dans la salle… Pour ne rien gâcher, l’accueil est assuré par des bonnes sœurs d’un nouveau genre, robes fendues et porte-jarretelles, ainsi que par de jeunes éphèbes portant très bien la soutane; pas forcément du meilleur goût, mais cela a au moins le mérite de mettre dans l’ambiance. Au cours du cocktail d’avant projection, nous rencontrons l’organisateur de la soirée, qui nous annonce l’air goguenard que l’appareil photo laissé dans le taxi était une surprise de la production, et que nos réactions ont été filmées via des caméras cachées dans le taxi… Une révélation qui nous laisse sans voix!

Vers 20h30, nous sommes invités à rejoindre la salle de projection, devant laquelle un « prêtre » nous accueille avec une hostie de chocolat blanc. Nous avons évidemment droit au petit discours d’auto-satisfaction de la part du responsable du département Création Originale de Canal + et de Stanley Weber, qui joue le rôle de Juan Borgia dans la série.

Venons en d’ailleurs à la série à proprement parlé. Écrite par Tom Fontana, auteur de la mythique série carcérale Oz, et réalisée par Olivier Hirschbiegel, réalisateur du film La Chute, Borgia débute en 1492, année charnière à bien des égards. En effet, si l’on retient plus aisément la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, ou la prise de Grenade par les Espagnols, cette année est également marquée par la mort du Pape Innocent VIII et l’accession au Saint-Siège de Rodrigo Borgia qui en profitera pour étendre le pouvoir de sa famille. Cette dernière se compose notamment de ses deux fils, Juan et Cesare, qui inspirera Le Prince de Machiavel, et de sa fille Lucrèce Borgia, femme fatale au sens propre comme au figuré.

Si cet aperçu global peut faire saliver n’importe quel amateur de séries, il n’en va pas nécessairement de même pour les épisodes que nous avons pu visionner. Malgré un casting assez réussi (Mark Ryder qui joue Cesare Borgia fait frémir à chacune de ses apparitions) et une réalisation soignée et efficace, la série souffre de défauts qui influent fortement sur sa qualité générale. Ainsi, en dépit d’un budget conséquent, 25 millions de dollars, les décors font le plus souvent carton pâte; de plus, si l’on sait que les Borgia sont connus pour leur violence et leur luxure, on peut regretter une trop forte mise en avant de ces deux aspects, visant un effet racoleur un peu trop évident. Enfin, nous ne sommes pas convaincus par le parti pris de la série qui vise à mettre dans la bouche de ses personnages des dialogues très (trop?) contemporains qui semblent décalés par rapport aux décors et les costumes d’époque. Cependant, peut être qu’au fil des épisodes, l’habitude aidant, cette impression de décalage s’estompera…

Pour vous faire votre propre idée, il faudra attendre le 10 octobre, date à laquelle Canal + diffusera en prime time les premiers épisodes de la série. Il faut également souligner que la chaîne cryptée a acquis les droits de diffusion de la série américaine The Borgias (Showtime) qui traite du même sujet, dont la diffusion se fera sur TPS Star, une chaîne du groupe Canal +.

Gallimard jeunesse lance ses premières applications numériques
Le 9B, nouveau bar parisien de Belleville
Clement Fraioli

2 thoughts on “Live-report: avant-première des Borgia de Canal +”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *