Séries
Bonding, saison 2 : entre cuir, tendresse et stand-up

Bonding, saison 2 : entre cuir, tendresse et stand-up

10 février 2021 | PAR Yaël Hirsch

La série de Rightor Doyle où l’on suit le parcours d’une jeune maîtresse Domina dans New-York est de retour pour une saison 2 sur Netflix.  C’est toujours aussi drôle, original et bien écrit, avec toute la rigueur que nécessitent 8 épisodes de 15 minutes. 

La saison 1 laissait notre couple dominateur préféré, Mistress May (Zoe Levin) et son assistant Carter (Brendan Scannell) chacun avec un compagnon et un client qui les avait menés trop loin pour continuer. Dans la saison 2, l’héroïne les emmène trouver rédemption par des cours de rattrapage au donjon de Mistress Mira. Avec l’urgence de pouvoir à nouveau exercer pour payer les frais de scolarité de la fac de May/ »Tiff ». Mais dans le couple solide que forme la maîtresse dominatrice et son meilleur ami gay de toujours, il y a un petit coup de mou : le stand up plait de plus en plus au jeune homme qui n’est pas assez assidu en SM. Quant à la sphère privée, elle est pleine d’embûches : des exs qui reviennent, des difficultés à dire je t’aime et aussi à sortir du placard… 

Toujours aussi cinglants, les 8 épisodes de 15 minutes s’avalent d’une traite. On prend un réel plaisir à retrouver les personnages si originaux de la série de Rightor Doyle, notamment Pete/Carter qu’on retrouve comme un copain solaire et merveilleux. Battant en brèche bien des tabous sans en avoir l’air, Bonding poursuit avec humour et un brin de tendresse plus appuyée son discret travail de remise en cause de normes par les jugements que l’on porte. Tiff/May rentre un peu dans le rang, au risque de devenir « boring » mais la passion de l’art de chacun  triomphe avec une lumière qui fat du bien. Une série trop peu connue, à découvrir d’urgence, sans idées préconçues sur l’univers impitoyable de la scène « kinky ». 

Bonding, saison 2, de Rightor Doyle,  2020, avec Zoe Levin, Brendan Scannell, Micah Stock, 8X15 min. 

visuel (c) photo officielle / Netflix

TA’AM comme un langage secret
Affaire Duhamel: démission du directeur de Sciences Po
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture