Séries
Arte se lance dans le porno avec la série Xanadu

Arte se lance dans le porno avec la série Xanadu

21 avril 2011 | PAR Philippe Lesaffre

La chaîne franco-allemande diffuse à partir du 30 avril sa nouvelle série Xanadu sur une entreprise familiale du sexe. Le feuilleton, créé par Séverine Boschem et réalisé en partie par Podz, a reçu le titre de meilleure série lors du festival Séries Mania. Verdict ? Quelques maladresses de scénario dans les premiers épisodes, mais des personnages interprétés par de bons acteurs, comme Julien Boisselier ou Phil Hollyday, un acteur de X, devenu, le temps du tournage, comédien.

La scène mérite réflexion. Laurent, interprété par un Julien Boisselier moustachu, voit son père Alex, fondateur de Xanadu, s’éloigner de lui après une discussion houleuse. La caméra se fixe sur l’acteur. Il forme avec sa main un pistolet puis fait mine d’abattre son paternel. Laurent, l’aîné presque effacé, un brin stressé, un brin colérique, vient d’essuyer une nouvelle humiliation. Ses conseils pour moderniser l’entreprise familiale, ne font pas mouche auprès du patriarche, qui refuse de remettre en cause sa méthode de travail. Il ne change pas d’avis, veut continuer à privilégier les grandes productions. Ou le « Hollywood de la bite », selon la taquine expression de son plus jeune fils Lapo, rebelle adepte du gonzo, cette manière plus décontracte de filmer le X (sans scénario), destiné au Net.
Sa sœur Sarah, bannie de la famille, tente, par ailleurs, de renouer avec l’entreprise. De s’emparer de la direction au grand dam de son père, fâché contre elle. Et pour une raison bien précise. Cette dernière l’a rendu responsable de la disparition non résolue de la mère de ses enfants.
Pour lui rendre hommage, Alex a construit un sarcophage au cœur d’un cimetière… sans corps ni date de décès. Vous avez dit étrange ?
La série met en scène « une famille brisée », dysfonctionnelle, explique la créatrice Séverine Boschem. Qui n’a pas cherché à réaliser un documentaire sur le monde de l’industrie pornographique. Son but, c’était plutôt d’évoquer une saga familiale. « Au travers d’un microcosme, il s’agissait de traiter des thèmes universels. » A l’instar du feuilleton américain Six Feet Under, une histoire de famille de croque-morts ? Podz, le réalisateur des trois premiers épisodes (sur huit) le reconnaît : « Cette série américaine a été une source d’inspiration. »
Ces deux fictions proposent tantôt des scènes de réalité, tantôt des scènes délirantes de rêve. Comme dans l’épisode 1 de Xanadu, quand Laurent s’imagine en train de tuer un conducteur de voiture qui l’embête… à coup de tronçonneuse. Et où l’on voit du sang gicler. Séverine Boschem évoque un « labyrinthe où l’on se perd où on ne sait jamais vraiment où l’on se trouve ». « On a joué sur ce mélange de rêve et de réalité », sourit Podz. Pour passer d’une séquence à l’autre, ce dernier a ‘flouté’ certaines scènes de temps en temps. « Cela donne un aspect onirique à la série », souligne le réalisateur québécois.

Des scènes cocasses entre un réalisateur insolent et un acteur hautain

Particularité du feuilleton : un acteur de X a participé au casting… pour obtenir un rôle important. Podz s’en explique, le sourire aux lèvres : « Si je fais une série sur des flics, j’aimerais filmer de vrais flics. » Phil Hollyday, dix ans de hard derrière lui, interprète, donc, un acteur porno. A sa plus grande joie : « C’est une première. Il n’y a, d’habitude, aucun lien entre le cinéma, la télévision et le monde du X. » Il dit avoir « fait du théâtre » avant sa carrière de « harder ». La comédie l’intéresse « depuis toujours ». Et sa présence dans Xanadu… semble réussie : Brendon, son personnage, attachant mais arrogant, apporte une certaine dose d’humour à la série. Il est tellement fier de son assurance, de ses atouts, de son talent que ça devient… presque ridicule. L’acteur imbu de lui-même accepte de tourner du gonzo avec le petit dernier des Valadine, un insolent aux lunettes noires, qui lui dicte ses règles improvisées. Ce qui a tendance à l’irriter. Une collaboration des plus risquées ? La séquence est à mourir de rire…

Arte diffusera dès le 30 avril deux épisodes chaque samedi à partir de 22h25.

Xanadu, drame créé par Séverine Boschem, produit par Haut et Court Arte. Casting : Jean-Bastiste Malartre, Julien, Nathalie Blanc, Swann Arlaud, Nora Arnezeder, Judith Henry, Vanessa Demouy, Jean-Louis Foulquier, Phil Holliday Solène Rigot, France, une saison, 8 épisodes de 52 minutes, 2011.

Infos pratiques

Mystérieuses Soirées Nomades à la Fondation Cartier : Ca commence ce soir
Concert : The Young Gods au Café de la Danse
Philippe Lesaffre

One thought on “Arte se lance dans le porno avec la série Xanadu”

Commentaire(s)

  • JEGOU Alain

    Je cherche un rôle dans un film érotique ou porno. Merci pour vos propositions.
    Alain <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<jégou
    3 rue de Norvège
    35200 RENNES
    Tél : 02.99.53.19.53
    Port : 06.99.85.58.05.

    mai 17, 2015 at 23 h 12 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture