Cinema
Séance de rattrapage : Bullhead, la claque flamande

Séance de rattrapage : Bullhead, la claque flamande

29 février 2012 | PAR Vincent Brunelin

Entre thriller sombre et drame humain poignant, un beau film de larmes et de sang et une immense révélation : l’acteur Matthias Schoenaerts. À voir en salles tant qu’il en est encore temps.

Synopsis : Jacky Vanmarsenille est issu d’une importante famille d’agriculteurs et d’engraisseurs du sud du Limbourg. À 33 ans, il apparaît comme un être renfermé et imprévisible, parfois violent. Aux côtés d’un vétérinaire sans scrupule, il s’est forgé une belle place dans le milieu du trafic d’hormones. Mais l’assassinat d’un policier fédéral, et sa rencontre avec un ancien ami d’enfance qui partage avec lui un tragique secret, bouleverse le marché que Jacky doit conclure avec le plus puissant des trafiquants de Flandre…

Fraîchement nominé aux Oscars dans la sélection des meilleurs films étrangers, le premier long-métrage du réalisateur belge Michael R. Roskam a multiplié les récompenses partout où il a été présenté (Festival de Beaune du film policier, Étrange Festival…). À juste titre au vu des nombreuses qualités du film. Traversé par des instants de grâce et des fulgurances visuelles et dramatiques, Bullhead conjugue les influences et trouve sa place à la croisée du polar américain et du cinéma réaliste européen. Il révèle surtout un metteur en scène en devenir et un acteur renversant, qui impressionne par son interprétation magnétique et animale.

Librement inspiré de faits réels, le film dresse un portrait réaliste du milieu des éleveurs flamands et de la mafia des hormones. Mais il transcende cette investigation critique terre à terre et convoque aussi l’esprit du cinéma de Nicolas Winding Refn, notamment à travers son héros mutique (Drive), véritable bête blessée (Bronson). Certes le film a les défauts de ses qualités et les maladresses d’un premier long dans cette tendance à éparpiller son récit, reléguant progressivement l’enquête policière au second plan pour osciller entre le passé intime de son personnage et une histoire d’amour impossible aux allures de rédemption.

Le thriller n’est finalement qu’un prétexte, une toile de fond sur laquelle le réalisateur tisse un drame humain, intense et poignant, porté par le comédien belge Matthias Schoenaerts qui irradie littéralement l’écran. Pas étonnant donc que Jacques Audiard l’ait choisi pour camper l’un des rôles principaux de son prochain long-métrage, Un goût de rouille et d’os. De toute évidence, un acteur à suivre.

 

Bullhead, de Michael R. Roskam, avec Matthias Schoenaerts, Jeroen Perceval, Jeanne Dandoy
Belgique, 2h09, Drame, Policier
En salles depuis le 22 février

Gagnez 5×2 places pour aller voir le film Hasta la vista
Un été franco-allemand pour célébrer 25 ans d’amitié
Vincent Brunelin

One thought on “Séance de rattrapage : Bullhead, la claque flamande”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *