Cinema

Piccoli et Bertolucci en septembre à la Cinémathèque

Piccoli et Bertolucci en septembre à la Cinémathèque

03 septembre 2013 | PAR Christophe Candoni

La Cinémathèque fait sa rentrée en proposant ce mois de septembre deux rétrospectives importantes, l’une consacrée à Michel Piccoli et l’autre à Bernardo Bertolucci.

A partir de demain et jusqu’au 8 octobre, une soixantaine de films tirés d’une immense filmographie comportant plus de 200 titres seront projetés à la Cinémathèque pour saluer la carrière admirable et exemplaire de l’immense acteur de Claude Sautet (Les Choses de la vie), de Marco Ferreri (La Grande bouffe, le scandale du 26e Festival de cannes), de Luis Bunuel (Journal d’une femme de chambre, Belle de jour), de Manoel de Oliveira (Belle toujours), et bien-sûr de Jean-Luc Godard qui, avec Le Mépris, tiré du roman de Moravia, révèle Michel Piccoli et l’impose en 1963 comme un acteur incontournable de sa génération, au côté de la sensuelle Brigitte Bardot.

A 87 ans et avec un charisme fou et une personnalité forte qui fait se conjuguer une autorité mature et une malice enfantine, Michel Piccoli a joué sous la direction des plus grands réalisateurs français et internationaux. Pour cette raison, il est selon Serge Tobiana, directeur général de la Cinémathèque « une figure du cinéma et du théâtre, un homme dont la trajectoire épouse depuis 60 ans tout le spectre du cinéma ». Tour à tour élégant, sulfureux, extravagant, charmeur, iconoclaste, l’acteur a en effet endossé de nombreux rôles dont certains sont des plus mythiques, allant de Don Juan sous la direction de Marcel Bluwal au Pape sous l’œil sarcastique et néanmoins tendre de Nanni Moretti.

L’acteur sera présent samedi 7 septembre pour un dialogue avec le public à l’issue de la projection du film Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferme pour lequel il a reçu le Prix d’interprétation au Festival de Berlin.

Rétrospective Michel Piccoli, du 5 septembre au 6 octobre 2013.

C’est à l’ « un des plus importants représentants d’une génération de jeunes gens en colère qui débute au cinéma dans les années 1960 en Italie » que la Cinémathèque rendra hommage dans la foulée en présentant une intégralité Bertolucci dans ses salles. Le scénariste et réalisateur italien qui avait commencé comme acteur sous la direction de Pasolini avant de passer derrière la caméra pour signer une œuvre traversée de sexe et de révolte (Le Conformiste, Le Dernier tango à Paris, 1900 ou Innocents – the dreamers) présentera en avant-première le version 3D du Dernier empereur et son dernier film Moi et toi et dispensera une leçon de cinéma le 14 septembre prochain.

Rétrospective Bernardo Bertolucci, du 11 septembre au 13 octobre 2013.

La sélection cinéma du 4 septembre
France Télévisions passe le 4 septembre à l’heure du Traité de l’Elysée
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *