Cinema

Pas très normales activités : Norman (à) la ferme

Pas très normales activités : Norman (à) la ferme

29 janvier 2013 | PAR Sandra Bernard

L’exception culturelle française vient de produire un nouveau … film. Maurice Barthélémy, ancien des Robin des Bois vient de réaliser son quatrième long métrage mêlant comédie entre copains et parodies de films fantastiques sur fond de terroir.

La recette de ce film est simple, tout miser sur une star du web, le jeune Norman Thavaud (connu pour ses vidéos vues par millions sur youtube) dans son propre rôle ou presque. Il enchaîne les vannes plus ou moins lourdingues aux côtés de Maurice Barthélémy dans le rôle du vidéaste pervers du coin et de Stefi Celma en petite copine vindicative et presque hystérique. Le jeu des acteurs n’est pas vraiment à mettre en cause, il correspond à ce que l’on attend de ce genre de film à l’humour potache.

L’intrigue de départ mêlant enquête décalée, vie à la campagne, comédie sentimentale, huis-clos et paranormal aurait pu être originale et rigolote avec des dialogues et des gags plus fins (et variés). La première demi-heure semble pourtant sur de bons rails, références aux films d’horreur comme paranormal activity ou Poltergeist bien senties, cadrage « fait maison, etc. , mais l’intrigue progresse péniblement et les rebondissements finissent souvent en blagues vaseuses. Quand aux clichés sur la campagne, ses habitants ou sur les jeunes parisiens en goguette… nous ne nous abaisserons même pas à les commenter. Si cet humour passe bien sur le web auprès d’un public varié, le passage au format long et au grand écran détruit toute impression de spontanéité, le manque d’élégance y est probablement aussi pour quelque chose quand on pense au chef d’oeuvre parodique qu’est le Bal des vampires de Polansky. Le placement de produits de plus en plus pratiqué dans le cinéma est très visible ici et un peu dérangeant.

Les situations sont convenues et si les premières minutes du films peuvent arracher un sourire voire un rire, les aventures de ces « atardos » finissent par nous procurer un profond ennui et l’on ressort quelque peu affligés par un dénouement scato pour le coup vraiment inattendu. Une chose est sure, ce film réussit parfaitement dans sa mission de ne pas se prendre au sérieux et détourner les codes du genre et assume un côté stupide, ce qui pourrait bien le sauver en fin de compte. Rappelons que c’est une parodie avec ses trouvailles et ses défauts et qu’il faut le prendre au moins au 36e degré. Le spectateur ne risque pas de se fouler un neurone mais ce n’est certainement pas la prétention de l’équipe du film. Seuls les inconditionnels de Norman, de l’humour potache ou des films de Maurice Barthélémy y trouveront leur compte, situation quelque peu paradoxale quand on sait que c’est l’un des films les plus attendus du moment. Enfin, avant même sa sortie en salles la polémique sur sa qualité faisait déjà rage sur le toile preuve s’il en est qu’il ne s’agit pas d’un débat geeks-non geeks ou bien de génération mais bien de contenu. Notons qu’il a reçu un prix au festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez.

Visuel : affiche du film

Le Théâtre de Paris racheté par vente-privee.com
Moi, Caravage
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

One thought on “Pas très normales activités : Norman (à) la ferme”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *