Cinema

Nadine Labaki, portraits de femmes

19 septembre 2011 | PAR Coline Crance

Nadine Labaki dont le deuxième film Caramel fut le plus grand succès international du cinéma libanais, revient sur le devant de la scène avec son film Maintenant on va où. Retour sur le parcours d’une cinéaste, peintre de la condition féminine et politique au Liban aujourd’hui.

 

Nadine Labaki passe son baccalauréat à Beyrouth en 1993. Diplômée en études audiovisuelles à l’université francophone de Saint-Joseph de Beyrouth (IESAV), elle réalise son film d’école, 11 rue Pasteur, en 1997, qui obtient Le Prix du meilleur court métrage à la Biennale du cinéma arabe de l’Institut du monde arabe (Paris) en 1998. Elle tourne ensuite des publicités et de nombreux clips musicaux pour de célèbres chanteuses du Moyen-Orient comme Nancy Ajram ou Carole Samaha, pour lesquels elle obtient des prix en 2002 et 2003. Elle s’affirme sur la scène du cinéma à travers son deuxième long-métrage : Caramel. A travers le parcours de cinq femmes qui se retrouvent au sein d’un institut de beauté, Nadine Labaki traite de la condition féminine au Liban. Par ces différents personnages féminins, elle aborde les thèmes de l’homosexualité, de la séduction, de la tyrannie des apparences, de la vieillesse, de la chasteté avant le mariage. Son dernier film est maintenant on va où (voir notre article), prix du public au festival de Toronto; il confirme le talent de Nadine Labaki. Elle signe une tragicomédie burlesque, une sorte de Lysistrata moderne, où la guerre des religions est épargnée grâce un groupe de femme. Le corps et la danse sont au cœur de ce film permettant ainsi de révéler les tabous et les contradictions de la société libanaise. Vibrant complot pour la paix dans une atmosphère qui peut s’apparenter à certains romans de l’écrivain égyptien Albert Cossery, elle filme un Liban déchiré à travers le prisme de la naïveté et de légèreté qui sont d’autant d’antidote à la résignation. Elle est aussi à l’affiche du film de Georges Hachem Balles perdues où elle révèle tout son talent de comédienne. Une cinéaste à suivre.

 

© Wikipedia/ Photo: Omernos, 2007

Photoquai : Photos Worlwide et engagées sur le quai Branly
Excuse my French est de retour à la Bellevilloise le 23 septembre
Coline Crance

One thought on “Nadine Labaki, portraits de femmes”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *