Actu
Mort du réalisateur britannique Alan Parker

Mort du réalisateur britannique Alan Parker

31 juillet 2020 | PAR Chloé Hubert

Alan Parker, réalisateur de films devenus cultes et récompensé de nombreux prix est décédé ce 31 juillet 2020 à l’âge de 76 ans des suites d’une longue maladie. 

Ce londonien venu d’une classe populaire, mère couturière et père distributeur de journaux, passe d’abord par la publicité chez Collet Dickinson Pearce (CDP) avant de s’essayer au cinéma. Il y écrit ses premiers scénarios dont celui de Melody en s’inspirant de ses années de lycée sur fond de musique des Bee Gees, qui sera adapté à l’écran en 1971 par Waris Hussein. Il arrête ensuite la publicité pour se consacrer pleinement au cinéma. A partir de 1974, il réalise deux courts métrages (Our cissy et Footsteps) avant de réaliser son premier long métrage en 1979, Du rififi chez les mômes (Bugsy Malone) dont le casting uniquement composé d’enfants parodie en musique les films de gangster des années 20. Il fera d’ailleurs de ce type de films musicaux une de ses spécialités, en dirigeant notamment les films Fame (1980) qui recevra deux Oscars pour la Meilleure musique et la Meilleure chanson, Pink Floyd: The Wall (1982), The Commitments (1991) et Evita (1996), avec Madonna. « Si vous pouvez utiliser la musique et les images ensemble, c’est particulièrement puissant », exprimait il en 1995. 

Il était également connu pour être un fervent défenseur des droits civiques et des libertés, ce qui se reflète dans son film Mississippi burning (1988) qui retrace une enquête policière sur fond de ségrégation raciale, mais aussi Bienvenue au paradis (1989) où il est question de l’internement abusif des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale au Etats-Unis, et enfin La Vie de David Gale (2003), un plaidoyer contre la peine de mort. Il aura aussi marqué par son film Birdy (1984) autour de vétérans de la guerre du Vietnam, qui reçu le grand prix du jury à Cannes en 1985. 

Alan Parker disait « aimer faire les choses différemment à chaque fois », ce qui se ressent dans sa filmographie marquée par une diversitée des genres et des sujets abordés. Celui qui reçu 19 BAFTA (British Academy of Film and Television Arts), 10 Golden Globes et 10 Oscars ainsi que la plus grande récompense de l’industrie du film britannique, the Academy Fellowship en 2013, celui qui fut nommé Commandant de l’Ordre de l’Empire Britannique par la Reine Elisabeth en 1995 et fut chevalier en 2002 s’était retiré de l’industrie depuis 2015. Depuis, il occupait ses journées par la peinture. Il est décédé le 31 juillet 2020 à l’âge de 79 ans des suites d’une longue maladie. 

Visuel: Wikipédia Crédits: Lisa Moran Parker © 

Une Aïda all stars statique à Naples
Giambattista Valli nous entraîne dans des nuées d’organza intemporelles
Chloé Hubert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *