Cinema
Décès de Michael Clarke Duncan

Décès de Michael Clarke Duncan

05 septembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam
Il était le symbole de La ligne verte, son rôle de condamné à mort avait fait de lui une icône. L’acteur disparaît brutalement, des suites d’un infarctus. Il avait 54 ans.

Un colosse qui rend les armes. C’est l’image de l’homme immense qui persiste, lors de la scène d’exécution où les flics minuscules l’emmènent, lui qui pourrait les écrabouiller. Il était et reste pour beaucoup, John Coffey, ce tendre condamné.

Il mesurait prés de 2 mètres, ce qui lui valut de commencer sa vie comme garde du corps, notamment de Will Smith, la porte d’Hollywood était proche. Il l’a pousse et entre, ce sera Sin City, Armageddon,  La Planète des singesDaredevil

Mais c’est surtout son rôle de condamné à mort dans La ligne verte en 1999 qui lui vaut reconnaissance et au passage, une nomination aux Oscars et aux Golden Globes.

L’acteur avait eu une alerte cardiaque en juillet dont il ne s’est jamais rétabli, il a succombé à un infarctus le 3 septembre à Los Angeles.

 

God Bless America de Bobcat Goldthwait: quand la loi du talion se fait satire
Compliance : Craig Zobel dissèque les ressorts pervers de l’obéissance
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *