Cinema

Michel Ocelot : un troisième volet de Kirikou toujours aussi réussi

25 septembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Le magicien de l’animation à la Française, Michel Ocelot a dessiné le troisième volet des aventures du bébé le plus ingénieux et le plus africain de l’histoire du cinéma. Intitulé « Kirikou et les hommes et les femmes »,  ce nouveau film raconte 5 épisodes de la vie de Kirikou et sa maman. La sorcière Karaba est toujours aussi irascible que dans le premier épisode et s’il n’y a pas de bêtes sauvages l’autre prend de multiples visages qu’ils soient voisins ou touaregs. Irrésistible!

Heureux avec sa mère dans la chaleur d’un village de l’Ouest de l’Afrique, Kirikou ne craint que les coups de colères de la sorcière Karaba qui envoie parfois ses fétiches effrayer les proches du brillant bébé. A nouveau en 5 épisodes, Michel Ocelot décrit l’évolution du petit garçon, prêt à dormir en plein air pour accueillir sa voisine grognon et ronfleuse sous son toit après que sa case a été détruite, qui permet au village d’écouter une griotte formidable, qui apprend à jouer de la flute, comme son père  et qui vole au secours du vieux sage du village et qui convainc ses proches d’aider un enfant touareg à retrouver sa famille, même si son foulard et son teint blanc suscitent la méfiance. Dans tous ses combats, il est secondé par sa jolie maman, dont il a hérité la tolérance et l’intelligence. Chaque épisode se clôt comme il se doit : autour d’un feu, à relater les aventures de Kirikou sous forme d’une chanson.

Le filon Kirikou semble ne jamais devoir se tarir tant la maestria graphique et le sens profond d’empathie et découverte de Michel Ocelot est puissant. Avec Kirikou, les public les plus jeunes comme les plus adultes sont réellement plongés dans la vie d’un village d’Afrique de l’Ouest, sans préjugés ou clichés post-coloniaux. Le génie invraisemblable et le courage d’homme mûr du bébé participent à une magie qui est l’essence même des histoires qu’on adorait lorsqu’on était enfant. Reste à savoir si Kirikou est un dessin animé vraiment calibré pour les petits et s’il ne plaît pas plus à leurs parents… Dans tous les cas, gageons que ceux et celles qui veulent sortir avec le sourire jusquaux oreilles de ce troisième volet ne bouderont pas leur plaisir.

« Kirikou et les hommes et les femmes », de Michel Ocelot, film d’animation, durée 1h28, France, sortie le 3 octobre 2012.

Exposition Bohèmes au Grand Palais : des Bohémiens à la vie de bohème
Do not disturb : Yvan Attal et François Cluzet se mettent au défi de tourner un porno gay
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Michel Ocelot : un troisième volet de Kirikou toujours aussi réussi”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture