Cinema

Malcolm : un remake raté de « C’est arrivé près de chez vous »

Malcolm : un remake raté de « C’est arrivé près de chez vous »

23 janvier 2013 | PAR Juliette Hebbinckuys

Pour son premier long métrage, Ashley Cahill a décidé de revêtir toutes les casquettes : producteur, monteur, réalisateur, scénariste, mais aussi acteur principal. Faute de budget, il se retrouve à faire un pseudo documentaire sur un intello-bobo nostalgique de la criminalité à New York. Et le résultat est décevant…

Malcolm, jeune intellectuel new- yorkais, défend ses principaux centres d’intérêt: le cinéma, New York, et le crime de masse. Selon lui, « New- York est devenue propre et sûre… Plus pour longtemps ! »  Même si le synopsis peut paraître alléchant, le film n’est malheureusement ni crédible, ni intéressant. La curiosité du début laisse peu à peu la place à l’ennui: les scènes de meurtres sont prévisibles, mal interprétées et sans grand intérêt. Les blagues tombent à l’eau et l’écriture n’est pas à la hauteur du propos. Malcolm reproche l’embourgeoisement d’une ville dont il n’est pas originaire, il fait l’apologie d’un système et d’une époque dans laquelle il n’a même pas vécu, et il tente de théoriser chacun de ses meurtres pour se justifier de ce qu’il fait par pur plaisir. Le résultat est donc lassant, trop bavard et trop explicatif. Mais le plus regrettable est surtout la ressemblance frappante avec le film « c’est arrivé près de chez vous » de Rémy Belvaux avec Benoît Poelvoorde, qui avait fait couler beaucoup d’encre à sa sortie en 1992. Le procédé est quasiment le même: filmer un tueur qui parle de ses motivations comme on parlerait de la pluie et du beau temps, montrer des scènes de violences à la chaîne, et suivre son protagoniste jusqu’au bout de sa folie. Seul problème: là où Poelvoorde apparaissait comme un OVNI bourré de talent, malsain, immoral et psychopathe, Ashley Cahill fait pâle figure. Plus de vingt ans plus tard, il essaie de nous convaincre avec une histoire qui n’a aucune originalité si ce n’est de mettre en scène un bobo criminel au faux air de Woody Allen.Même les plus grands fans d’humour noir seront déçus par le manque d’inventivité du scénario et de la réalisation. Alors évidemment, on comprend le propos selon lequel New -York se serait embourgeoisé, quitte à devenir un Disneyland aseptisé et détestable pour ses habitants. Mais détestable, c’est surtout Malcolm qui le devient par son omniprésence et son manque de génie. Effectivement le film manquait de budget, mais on se demande par quel miracle il a pu arriver dans nos salles.

Si vous voulez voir un bon film, vous feriez mieux de fouiller dans vos armoires ou de courir à la fnac afin de vous replonger dans l’univers sordide et délirant de « C’est arrivé près de chez vous ». Ashley Cahill aura au moins eu ce mérite : nous donner envie de revoir cette pépite du cinéma belge…

Amadine Bourgeois sera la femme de la situation à l’Eurovision
Episode 10 de la Web Serie de Steve Catieau, Le Prolongement de moi
Juliette Hebbinckuys

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *