Cinema
[Live Report] Festival International Du Film d’Animation d’Annecy -Jour 1

[Live Report] Festival International Du Film d’Animation d’Annecy -Jour 1

13 juin 2016 | PAR Sandra Bernard

Aujourd’hui débute la 56e édition du festival international du film d’animation d’Annecy, avec cette année encore son lot de top et de flop, ses découvertes et ses confirmations. Petit tour d’horizon de notre première journée sur place.

Accueillis à la descente du train par une pluie fine et froide, direction la première projection du jour : Gamba, film réalisé en animation 3D par le studio japonais Shirogumi, narrant les aventures d’une souris de ville courageuse partie aider des souris des champs maltraitées par des rats. Le synopsis ne fais pas rêver mais on peut toujours espérer…. Jusqu’au début du film. Scénario plat, dialogues plats, personnages insipides, musiques grandiloquentes et pas mal de longueurs. L’animation japonaise nous a habitués à beaucoup beaucoup mieux. L’on pourrait penser que le studio nippon s’ est inspiré des dernières productions étasuniennes au lieu de regarder du côté de l’humour de Basile détective ou encore de la poésie de Brisby, c’est bien dommage….

Après un petit temps de sidération, on replonge dans l’animation japonaise, mais cette fois avec une rareté, Belladonna of sadness, qui vient d’être restaurée en 4K. Pour le coup, c’est une vraie claque tant sur le fond que sur la forme . Ce film culte des années 70 emporte le spectateur dans un flot dramatique et mélodique sous acide, un musical décadent, inspiré et surtout engagé. Ce film, qui sortira sur les écrans mercredi, est une petite vénéneuse, une critique engagée et féministe qui suit la descente dans les abîmes de Jeanne, une jeune femme trop belle dans une société trop rude . Les scènes explicites ne sont pas à la portée de tous les publics, en particulier les plus jeunes. Une oeuvre qui fait réfléchir, c’est toujours bienvenu.

Visuel : SB

Infos pratiques

Les 5 grandes expositions de l’été
[Critique] du film « 600 euros » Adnane Tragha explore le rapport de la jeunesse au politique
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *