A l'affiche

Toy Story 4 signe-t-il la fin de l’aventure ?

Toy Story 4 signe-t-il la fin de l’aventure ?

24 juin 2019 | PAR ines arrom

Plusieurs générations réunies dans une même salle avec la même excitation. Toy Story 4 qui sort officiellement le 26 juin prochain, signe le quatrième volet de la saga, une histoire pleine de rebondissements avec une fin imprévisible. Est-ce la fin d’une aventure qui dure depuis 24 ans ? 

Une salle comble un dimanche ensoleillé traduit l’impatience des petits et grands de découvrir le nouvel opus signé Disney et Pixar. Neuf ans après la sortie du troisième tome et 24 ans après sa création, le quatrième sort enfin. Dans le public, les conversations se font entendre « mais c’était quoi la fin du dernier déjà ? ». C’était il y a presque 10 ans, entre temps certains ont eu le bac, se sont mariés et ont même eu des enfants qu’ils amènent partager un bout de leur enfance avec eux. 

Pour récapituler l’épisode 3, Woody (le cow-boy) et sa bande de jouets sont donnés à un autre enfant. Andy, l’unique propriétaire des jouets jusqu’a présent connu du public, a grandi et va à la fac. Il se débarrasse donc de tous ses jouets en les offrant à une petite fille, Bonnie.  Ce sera elle, l’enfant dont les jouets doivent s’occuper dans ce dernier film.  

Toy Story n’a cependant pas pris une ride 

La participation des voix françaises de Jamel Debbouze, de Franck Gastambide et de la chanteuse Angèle en fait vraisemblablement le Toy Story le plus drôle des quatre. Stephany Folsom écrit des personnages encore plus déjantés, des jouets « ghettos », des jouets flippants qui semblent sortir tout droit d’un film d’horreur et un jouet complètement narcissique avec un accent hilarant. C’est la première fois que Stephany Folsom écrit pour Toy Story et a ajouté une pointe d’humour, déjà présente dans les opus précédents, mais qui semble avoir évoluée avec son temps. 

Le destin de Woody bascule dans cet épisode, lui qui a toujours privilégié le bonheur de ses enfants (Andy et maintenant Bonnie). Pour la première fois depuis 24 ans, il va enfin penser à lui et à son épanouissement personnel. L’arrivée d’un nouveau jouet « Cuichette », fabriqué par la petite Bonnie, va être l’élément déclencheur d’une prise de conscience brutale pour le petit cow-boy en mousse. 

Le tout est enrobé d’une histoire pleine de suspense, de passion et d’aventure. Un film Disney / Pixar ne peut aller sans morale, Toy Story 4 nous apprend qu’il est important de prendre soin des autres autant qu’il l’est de prendre soin de soi. Un mot discrètement glissé par le réalisateur et la scénariste destiné plutôt aux adultes dû a sa subtilité. L’information aussi bien inquiétante qu’excitante qu’il faut retenir, c’est que les aventures de Woody ne seront plus jamais les mêmes désormais. Serait-ce donc le volet final de Toy Story ou une ouverture vers une suite qui ne ressemble en rien au début de l’histoire ?

Visuels : © Capture d’écran du film 

Affiche du film ©Pixar / Disney 

Avignon OFF 2019 : « Oum Pa Pa ! », un voyage musical en terres inconnues…
Les libertés de Preljocaj, la maison hantée de Rizzo et les hésitations de Dianor en ouverture de Montpellier Danse
ines arrom

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *