Cinema
« Thee Wreckers Tetralogy » de Rosto : un trip musical en animation !

« Thee Wreckers Tetralogy » de Rosto : un trip musical en animation !

21 septembre 2020 | PAR Simon Théodore

À l’occasion du premier week-end du fantastique de Strasbourg, un hommage a été rendu à l’artiste néerlandais Rosto (1969-2019). Dessinateur, réalisateur et musicien, il a maintes fois été récompensé à travers le monde. Avec Thee Wreckers Tetralogy, un trip musical poétique, les amateurs de films d’animation pourront découvrir la richesse et la complexité de son œuvre.

Né le 14 février 1969 à Leeuwarden, Robert Stoces, connu sous le nom de « Rosto », était un réalisateur, dessinateur et musicien néerlandais. Habitué du festival du court métrage de Clermont Ferrand, dont il fut le président en 2007, récompensé pour son travail à Annecy (2013), Ottawa (2013) ou encore Hiroshima (2014) pour son œuvre d’animation Lonely Bones, l’artiste complet s’est éteint le 8 mars 2019. Lors des week-ends du fantastique de Strasbourg, un hommage lui a donc été rendu avec la projection de sa tétralogie Thee Wreckers Tetralogy.

Ces quatre court métrages, composant une seule histoire, mettent en scène de manière complexe la mort de son groupe The Wreckers. Découpé par des séquences d’une mer agitée dévoilant et des citations de musiciens célèbres (David Bowie, Kurt Cobain par exemple), les quatre épisodes laissent place à un univers fait de rêveries, de peurs et d’angoisses, où le macabre côtoie le poétique. Si le sens du projet est parfois difficile à saisir, l’expérience se vit plutôt comme un trip musical rock renvoyant au cinéma de Tim Burton où à l’esthétique de certains clips rock et métal des années 90. Le grain de l’image, l’atmosphère grisonnante de ce monde imaginaire et imaginé et la qualité des costumes participent beaucoup à cet effet.

Plus qu’une simple œuvre cinématographique, Thee Wreckers Tetralogy emprunte à l’ensemble de la carrière artistique de Rosto, de ses romans graphiques à ses compositions rock. Dans le premier épisode, on se laisse porter par la beauté de la musique tandis que, dans d’autres, l’étrangeté de l’univers perd le spectateur et le laisse admirer l’esthétique du projet. Mélangeant prises réelles et images d’animation sur fond vert, l’œuvre s’avère totale et l’intéressant making-of, clôturant la projection, montre la complexité de son art et comment son projet a été pensé et muri durant de longues années.

En somme, Thee Wreckers Tetralogy s’avère être plus qu’une simple suite de court métrages indépendants les uns des autres mais plutôt le miroir de la carrière de Rosto. Dix huit mois après sa mort, un bel hommage lui a donc été rendu…

Thee Wreckers Tetralogy de Rosto. Avec Walley, Rooney, Folley. Genre : animation / film musical. Durée : 1h10.

Visuel : (c) Affiche du film.

« Spree » de Eugene Kotlyrenko : une virée à bord d’un uber de la mort !
Week-end du fantastique de Strasbourg : les courts internationaux
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *