Cinema

[Live Report] Festival international du film d’animation d’Annecy-Jour 4

[Live Report] Festival international du film d’animation d’Annecy-Jour 4

17 juin 2016 | PAR Sandra Bernard

Le quatrième jour du festival à Annecy a apporté son lot de bonnes surprises avec des annonces alléchantes, des conférences vivantes et quelques déconvenues. Une journée mitigée, à l’image, pour le moment, de cette édition.

La journée débute en fanfare avec la conférence sur le projet de film « Dans un recoin de ce monde » adapté du manga éponyme de Fumiyo Kouno. Produit par de grands noms de l’animation japonaise : Maruyama Massao et Maki Taro ayant travaillé, entre autres, avec KON Satoshi. Ce nouveau projet, soutenu par les habitants d’Hiroshima, est en production depuis le printemps 2015 et a bénéficié d’une campagne de crowdfunding qui a battu tous les records au Japon, preuve que le film est très attendu. Les décors et personnages de fond de scène sont basés sur des photographies d’archives afin de rendre hommage aux victimes et de rendre le film plus réaliste. Malgré une histoire tragique, « Dans un recoin de ce monde » est un récit plein d’optimisme et de joie de vivre.

Cette année, le festival rend hommage à l’animation française, notamment par une sélection de courts métrages regroupés par thème. Aujourd’hui, le thème abordé par Marco de Blois et Jean-Baptiste Garnero était « une histoire inattendue de l’animation française », une sélection très hétéroclite allant du drôle au surprenant, en passant par l’étrange et le graphique.

Un peu plus tard, Anthony Roux, co-fondateur et directeur d’Ankama est venu présenter et échanger dans la bonne humeur avec le public au sujet de la stratégie transmedia du studio, en particulier après la sortie de leur premier long métrage « Dofus livre 1 : Judith ». Une séance très instructive sur l’un des studios français les plus en vogue du moment.

Enfin, le très attendu film Kai du coréen LEE Sung-gang, librement inspiré du conte de la reine des neiges, n’a pas particulièrement ébloui les spectateurs. Si les graphismes sont tous très beaux, l’animation laisse parfois à désirer, tout comme la psychologie des personnages parfois un peu niais.

Visuels : SB

Infos pratiques

[Live Report] Beach House au Casino de Paris
Avec Massimo Bottura, l’art culinaire italien est 1er au monde
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *