Cinema
« Le goût de la haine », une perle de film politique cachée sur Netflix

« Le goût de la haine », une perle de film politique cachée sur Netflix

21 août 2020 | PAR Yaël Hirsch

Commandée au réalisateur polonais Jan Komasa, Le Goût de la haine est une fresque de 2h15 sur les illusions perdues d’un jeune ambitieux en temps d’extrémisme politique. Varsovie brûle avec une beauté parfaitement dérangeante dans ce film sorti trop discrètement cet été sur Netflix et qu’on vous conseille fortement de voir.

Etudiant en droit par mérite et avec une petite aide financière d’un couple de bourgeois qui venaient se ressourcer en congé dans sa campagne, l’ambitieux Tomasz (Maciej Musialowski, mi ange – mi démon) voit tous ses rêves brisés quand, accusé de plagiat pour un examen, il est renvoyé de la Fac. C’est alors qu’il fait deux choix curieux : se rapprocher de ses mécènes, dont il aime la fille, Gaby (Vanessa Aleksander), en secret sans rien leur dire de ses mésaventures. Et contacter Beata (Agata Kulesza), directrice d’une boite de communication véreuse dont le travail est de détruire les réputations. Dans la ligne de mire de l’agence, financée par son opposant politiuqe : le flamboyant candidat libéral progressiste à la mairie de Varsovie, Pawel Rudnicki (Maciej Stuhr)…

Alors qu’entre temps Jan Komasa a livré plusieurs longs métrages dont un sur l’Insurrection du ghetto de Varsovie et un autre, – candidat pour la Pologne aux Oscars 2020 – La Communion sur un jeune délinquant qui se fait passer pour un prêtre pour influence tout un village, Le goût de la haine est une sorte de version revue et corrigée de son film de 2014 : La chambre des suicidés.

Le scénario sur les illusions perdues d’un jeune-homme monté à la ville et amoureux mais qui se heurte au plafond de verre et à la violence de la lutte des classes est repris à la lumière des faits historiques de l’assassinat du maire de Gdansk Pawel Adamowicz.

Avec une photo magnétique, un rythme à la fois lancinant et trépidant, une vraie mise en scène de la manipulation des réseaux sociaux, des animations vidéos percutantes et une manière de voguer entre portraits fiévreux, intérieurs froids, extérieurs administratifs froids ou rougeoyants de la colère d’un peuple extrémisé, ce Goût de la haine est un petit chef d’oeuvre. On se plonge à la fois dans une éducation sentimentale et sociale des plus classiques et dans l’actualité brûlante de la montée des haines et des pertes de repères de notre Europe.

Le Goût de la haine, de Jan Komasa, avec Maciej Musialowski, Agata Kulesza, Vanessa Aleksander, Maciej Stuhr, Danuta Stenka, Pologne, 2h20, disponible sur Netflix depuis le 31/07/2020.


visuel : affiche officielle du film. Voir page facebook. 

« Broadway » de Fabrice Caro : Pas vraiment sous les feux de la rampe
« Cinq dans tes yeux » de Hadrien Bels : Marseille, cité radieuse ?
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *