Cinema
Le film « plus fort que les bombes » devient « back home » après vendredi 13 novembre

Le film « plus fort que les bombes » devient « back home » après vendredi 13 novembre

23 novembre 2015 | PAR Pauline L'Huillier

Après les attentats de Paris, le film de Joachim Trier a été rebaptisé. Le distributeur Memento Films a estimé que « Plus fort que les bombes », le titre d’origine, se prêtait mal au contexte actuel. Ce n’est pas le seul film qui a été chamboulé par les derniers événements. 

« Un titre moins ambigu »

C’est le premier film aux Etats-Unis, que réalise le norvégien Joachim Trier, auteur de l’acclamé Olso, 31 aout. Il nous livre dans ce long métrage un drame familial, qui emprunte des chemins balisés. C’est l’histoire de Isabelle, morte il y a deux ans de ça. Elle était photographe de guerre et elle a laissé seuls les membres de sa famille. Son mari (Gabriel Byrne), Jonah, son fils aîné sérieux (Jesse Eisenberg) et surtout Conrad, le fils cadet (Devin Druid, remarquable). Qui porte depuis des écouteurs sur la tête dès qu’il va au lycée, et ne desserre jamais les dents… C’est un film sur la nostalgie, le deuil, la vie familiale qui n’a rien à voir avec les attentats à Paris, ni même avec le terrorisme en général.

Dans le titre Plus fort que les bombes, c’est en fait le mot «bombes» qui dérange. Il est renommé Back Home, et sortira le 9 décembre prochain. Pour sa sortie internationale, le titre de film reste inchangé; Louder Than Bombs.

 

 

Made in France perd sa Kalachnikov

Après Gardiens de l’Ordre sorti en 2009, Nicolas Boukhrief livre, en cette fin d’année, son nouveau long métrage intitulé Made in France. Dans un style proche du thriller et du polar, il propose une immersion dans une cellule djihadiste française. Véritablement poignant, ce film traite, de manière forte, d’un sujet ô combien actuel.

Ce long métrage pointe du doigt le fait que les pires horreurs perpétrées ces derniers temps ont été l’œuvre de personnes manipulées qui ont, un jour, été des « gosses », des humains comme tout le monde… Le film qui devait sortir dans les salles le 18 novembre, a été repoussé à une date ultérieure sur décision du distributeur Pretty Pictures, et du producteur Radar Films.

 

Visuels: ©affiches officiels

 

Délire utile ou farce sérieuse? Le « NOSHOW », le spectacle qui tire le public de sa passivité!
[Festival d’Automne] « Le Metope del Partenone » : Romeo Castellucci nous maintient vivants devant les morts
Pauline L'Huillier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *