Cinema

[Compétition] Avec « Louder than bombs », Joachim Trier nous laisse au sol

[Compétition] Avec « Louder than bombs », Joachim Trier nous laisse au sol

19 mai 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

Pour ce premier film aux Etats-Unis, Joachim Trier, auteur de l’acclamé Oslo, 31 août, nous livre un drame familial, qui emprunte des chemins balisés, et marque assez peu…

[rating=2]

Dans les films concourant cette année à Cannes pour la Palme d’or, une tendance frappe trop souvent : le déjà-vu. Avec Louder than bombs, hélas, il revient en force. Isabelle est morte, donc. Il y a deux ans de ça. Elle était photographe de guerre. Et elle a laissé seuls les membres de sa famille. Son mari (Gabriel Byrne), Jonah, son fils aîné sérieux (Jesse Eisenberg) et surtout Conrad, le fils cadet (Devin Druid, remarquable). Qui porte depuis des écouteurs sur la tête dès qu’il va au lycée, et ne desserre jamais les dents…

Lorsque le film se concentre sur ce personnage, il intéresse. Conrad, qu’on voit suivi obstinément par son père, qui s’inquiète ; Conrad qui note tout plein de détails du monde extérieur, et les fait partager à Jonah, dans une scène de collage d’images, soutenue par une musique envoûtante… Las, sa trajectoire se verra rattrapée, vers la fin, par une banalité assez à l’américaine. Quant aux deux autres protagonistes, ils errent quelque peu, dans ce film. Et Isabelle Huppert, qui joue l’Isabelle décédée ? Elle a des apparitions, plus qu’un vrai rôle.

Les circonstances de sa mort sont l’un des enjeux de l’histoire. Certains prétendent qu’elle s’est suicidée. Quelques secrets seront mis à jour, mais… En fait, l’intrigue, les situations et le fond de Louder than bombs apparaissent interchangeables avec les éléments d’autres films. La ville américaine où se passe l’histoire ? Déjà-vue. Les aspirations diverses des deux jeunes ? Déjà-vues. Le personnage du père ? Déjà-vu… Et curieusement, la mise en scène de Joachim Trier ne vient pas donner de l’intérêt à l’oeuvre. Si son but était d’évoquer l’absence, on la ressent bien peu. La paralysie des personnages, elle-même, ne frappe jamais. Les images sont lisses. Et tout cela sent beaucoup trop la fiction rôdée… La caméra de Joachim Trier semble donc exécuter. Mettre en images un scénario sans beaucoup de substance, sans point de vue. Et on a beau regarder, on ne distingue pas d’âme dans cet objet…

*

Louder than bombs, un film de Joachim Trier. Avec Isabelle Huppert, Gabriel Byrne, Jesse Eisenberg, David Strathairn, Amy Ryan, Rachel Brosnahan, Devin Druid. Scénario : Joachim Trier et Eskil Vogt. Durée : 1h49.

Visuel : © Memento Films

Retrouvez tous les films de la Compétition dans notre dossier Cannes

[La recette de Claude] Millefeuilles croustillants au chocolat et noix de pécan
[Live-Report] Levitation/Psychfest 2015
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *