Cinema

Le festival international du film de Toronto : un programme à vous arracher les Tiff.

Le festival international du film de Toronto : un programme à vous arracher les Tiff.

17 août 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Tiff. pour les intimes se débutera dans 20 jours. Ce festival de cinéma hors normes s’apprête à fêter ses 37 ans en programmant 300 films. Il y en a pour tous les gouts, le seul problème est de choisir…

Le festival n’est ici pas un concours, alors, pas de prix à décerner. La démarche est plutôt pédagogique, visant à amener le spectateur, guidé par ses choix à découvrir pendant onze jours un maximum d’œuvres filmées. Du blockbuster au court confidentiel, chacun trouvera son bonheur. Vue comme une présélection des Oscars, la programmation fait office de tour d’horizon efficace.

Les festivités débuteront avec le thriller de Bruce Willis Looper. Sur les écrans, il y aura des stars : Ryan Gosling, Ben Affleck, Gwyneth Paltrow ou encore  Robert Redford. Moins people, mais plus intéressant, cette année, on pourra y voir un de nos coup de cœur, « Oslo 31 août », revoir des bons vieux films comme « Cléo de 5 à 7 » réalisé par Agnès Varda en 1962, mais aussi, en profiter pour plonger dans l’univers fantastique des « X-Men ». Les documentaires ne sont pas en reste avec l’attendu « Ai Weiwei: Never Sorry » d’Alison Klayman. Sur la toile, les médias québécois se disputent, certains trouvent la présence de leur région bien au fait et d’autres pas assez. En tout cas, il sera possible de voir sept films venus de l’est du pays. Paris les attentes, figure la première mondiale de Les organisateurs du festival ont dévoilé hier une partie de la programmation, y compris la première mondiale du film de « Deepa Mehta », une adaptation de « Midnight Children » de Salman Rushdie.

A côté des séances de cinéma, plusieurs expositions seront présentées. « Home on native land » montrera le travail d’artistes face à de nouveaux médias autour du thème de la maison. Trois autres viendront parler directement du cinéma en interrogeant les figures de James Bond, David Cronenberg et  Gordon Smith.

Alors, rendez-vous à Toronto  ?

 

 

La Galerie du Loft13 révolutionne le monde du design
Les Pussy Riot condamnées
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *