Cinema
Le cinéma qui a rêvé d’Edgar Allan Poe à l’Auditorium du Musée d’Orsay

Le cinéma qui a rêvé d’Edgar Allan Poe à l’Auditorium du Musée d’Orsay

25 avril 2012 | PAR Celeste Bronzetti

L’auditorium du Musée d’Orsay organise Rêver d’Edgar Allan Poe, un cycle de projections condensant le pouvoir d’évocation que l’œuvre de Edgar Allan Poe a exercé dans l’art cinématographique. Un cycle de longs et courts métrages parcourent l’héritage de cet auteur à l’écriture puissante et incantatoire qui a inspiré les cinéastes les plus importants du XX ème siècle.

Une écriture qui touche à la septième art…
À la frontière entre le rêve et la réalité, entre la vie et la mort, touchant la limite subtile qui sépare la raison de la folie, l’œuvre d’Edgar Allan Poe semble éveiller la création d’images cinématographiques avant le cinéma. Une écriture visionnaire ou des vision sous forme d’écriture. Cet auteur a coulé l’étrangeté du cauchemar dans ses textes, et laissé en héritage un assortiment de suggestions inépuisable dans le cinéma.

Le fantastique et l’introspection…
Ce sont les éléments les plus exploités par les cinéastes qui ont adapté les histoires d’Edgar Allan Poe. Le public est invité à partager dans l’obscurité l’étrangeté de ses œuvres, mais aussi à se laisser guider par les questions inquiétantes que cet écrivain soulève à notre âme.

Une programmation, pourtant, éclectique
Bien que la source d’inspiration soit partagée, les œuvres cinématographiques proposées sont tout à fait variées :
Pendant les années ’20 et ’30 ce sont surtout les esprits avant-gardistes à reproduire au cinéma les fantasmes hallucinatoires évoqués par l’écrivain américain. L’auditorium du Musée d’Orsay nous propose, parmi d’autres, La Chute de la maison Usher (1928) de Jean Epstein et Louis Bunel, et Murders in the rue Morgue (1932) de Robert Florey.
De Roger Corman, cinéaste largement inspiré par Poe pendant les années ’60, on pourra revoir The Tomb of Ligeia et House of Usher, tiré, encore, de la nouvelle la plus fantasmagorique de toute la littérature du siècle.
La soirée du 25 mai trois réalisateurs qui ont marqué l’histoire du cinéma se réunissent pour raconter les Histoires Extraordinaires que la plume de Po leur a inspiré : Roger Vadim, Louis Malle et Federico Fellini sont à l’affiche pour ce grand rendez-vous à l’honneur d’Edgar Allan Poe.
La réalisation plus intimiste et moderne de Jean-Luc Godard, Vivre sa vie nous rappellera comment l’imagination peut facilement se transformer en obsession.
Et, pour finir, Due Occhi diabolici, l’adaptation de deux nouvelles de Poe par deux maitres de l’épouvante du cinéma plus récent : George Romero et Dario Argento)

Rêver d’Edgar Allan Poe se présente comme une occasion unique pour revivre le frisson d’un art qui fait de l’interférence la source la plus fascinante de sa créativité. Entre littérature et cinéma, l’auditorium du musée d’Orsay nous fait toucher l’habilité de tout art de percer notre sensibilité.

Entre-deux-tours : Quand les élections inspirent aux musiciens la défense d’une certaine idée de la France
Le diamant de Marie de Médicis fait rêver les parisiennes
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture