Cinema
Journées Cinématographiques 2021 : « Kala Azar » et autres balades mystérieuses

Journées Cinématographiques 2021 : « Kala Azar » et autres balades mystérieuses

27 mars 2021 | PAR Geoffrey Nabavian

Se déroulant cette année sur Internet, le Festival de cinéma a consacré sa vingt-et-unième édition aux films centrés sur les animaux et leurs rapports avec le genre humain. On a pu notamment y découvrir Kala Azar.

Chaque année, les Journées Cinématographiques (anciennement Journées cinématographiques dionysiennes) donnent rendez-vous à leurs spectateurs – au mois de février, en temps normal – dans les salles de l’Ecran (cinéma de Saint-Denis), du Studio (à Aubervilliers), de l’Etoile, à La Courneuve, et de l’Espace 1789 à Saint-Ouen. En 2021, elles se sont adaptées pour avoir lieu sur Internet. Elles continuent jusqu’au 30 mars.

Parmi les films en avant-première proposés cette année, on a notamment pu découvrir Louloute, projeté en Ouverture (notre critique ici). Kala Azar figurait également dans la programmation, au thème axé autour de « La Part animale » présente en chacun de nous, et du rapport entre animaux et genre humain, plus largement.

Long-métrage à la fois contemplatif et énigmatique, Kala Azar suit un couple qui va récupérer des animaux de compagnie morts chez leurs propriétaires, pour brûler leurs corps. Tout cela dans un paysage rural grecune maladie décime les chiens, et pourrait bien s’avérer contagieuse pour les humains… Film aux images très sobres, Kala Azar fait davantage confiance aux bruissements et à la lumière déclinante qui irrigue ses cadres pour faire jaillir ses thèmes de fond.  A l’écran, hommes et animaux paraissent vaquer à leurs occupations sans plus de questions, et « faire ce qu’ils ont à faire », tout d’abord. Progressivement, leurs rapports se resserrent un peu, et le danger devient plus proche. On s’attache en tout cas assez vite à ces deux énigmatiques héros qui parcourent les paysages méthodiquement, au sein d’une réalité qui commence à les dépasser. Et sans beaucoup d’effet, la réalisation du film sait suggérer que des choses étranges se trament, dans cette contrée.

Lors de la Rencontre organisée par le Festival, animée par Stratis Vouyoucas, la réalisatrice Janis Rafa, d’origine grecque et installée aux Pays-Bas, toutes les dimensions de Kala Azar ont été passées au crible, un peu plus d’une heure durant : travail avec les acteurs sur le rapport aux animaux, dimension à la fois plastique et terrienne du film, atmosphère quasi irréelle du récit… Interrogée sur sa manière de mettre en scène des événements entre réel et ambiance de rêve, la réalisatrice a avancé qu’elle s’en était remise à une « façon de filmer un peu plus brute, un peu plus dans la physicalité des choses, qui vient aussi un peu contraster avec notre façon habituelle de voir les choses« .

Parmi les autres Rencontres, on a pu profiter de celle amenant Maya Da-rin, réalisatrice de La Fièvre, présenté en avant-première (et attendu en salles en 2021, distribué par Survivance), à s’exprimer : consacré au parcours d’un amérindien Desana travaillant au cœur de l’Amazonie, à Manaus, et confronté à d’étranges rêves au moment où sa fille part pour la grande ville, le film a lui aussi été l’objet d’une longue conversation, d’une cinquantaine de minutes. Un échange qui a permis aussi d’évoquer des aspects du Brésil actuel… « Les peuples indigènes nous invitent à vivre un changement de perspective : on est les chasseurs, on peut devenir proies » a notamment avancé la réalisatrice au sujet de son film et de la situation brésilienne, avant d’évoquer, au sein de l’entretien, la question des langues parlées, à l’image, ou l’idée de chasse telle qu’elle a choisi de la montrer, ainsi que la mystérieuse bête dont rêve son héros, dans le scénario.

Les Journées Cinématographiques 2021 continuent jusqu’au 30 mars, avec des films sélectionnés à voir sur UniversCiné (1 euro de réduction avec le code promo LAPARTANIMAL), Henri la plateforme de la Cinémathèque Française, et le blog Mediapart du cinéma L’Ecran.

*

Visuel 1 : affiche des Journées cinématographiques 2021

Visuel 2 : Kala Azar © Heretic Outreach

Messe basse, Jacqueline Bisset et Alice Isaaz hantées par l’amour et la mort
Avec « Enfants sauvages », Cédric Orain nous livre une adaptation personnelle des vies de Kaspar Hauser et de Victor de l’Aveyron
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture