Cinema

Joann Sfar à la FNAC

Joann Sfar à la FNAC

19 avril 2011 | PAR Lea Iribarnegaray

A l’occasion de la sortie au cinéma du film d’animation Le Chat du rabbin le 1er juin prochain, Joann Sfar sera présent dans les FNAC de Bordeaux, Strasbourg, Lyon Bellecour, Lille et Paris-Saint-Lazare entre le 2 mai et le 4 juin. Alors que les cinq albums du Chat du rabbin se sont vendus à plus de 900 000 exemplaires, l’adaptation au cinéma devrait faire des ravages…

Le Chat du rabbin c’est d’abord une bande dessinée. L’histoire d’un chat subitement doué de parole, amoureux de sa maîtresse, qui demande à faire sa Bar-Mitsva. Le premier tome de la série sort en janvier 2002 chez Dargaud, entre chronique de la culture juive d’Algérie et regard critique sur l’enseignement d’un rabbin. Aujourd’hui, les chiffres parlent d’eux-mêmes : cinq tomes, 900 000 exemplaires vendus, traduits dans quinze pays.

Si le succès est depuis longtemps au rendez-vous, le réalisateur de Gainsbourg (Vie héroïque) a toujours refusé les propositions d’adaptation au cinéma. Il a finalement décidé de réaliser lui-même le film du Chat du Rabbin, avec la collaboration d’Antoine Delesvaux.

La sortie étant prévue pour le 1er juin, Joann Sfar entame une « tournée » FNAC le 2 mai à Bordeaux pour se terminer à Paris le 4 juin.

Synopsis du film : « Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l’éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d’elle… même à faire sa Bar-Mitsva ! Le rabbin devra enseigner à son chat les rudiments de loi mosaïque ! Une lettre apprend au rabbin que pour garder son poste, il doit se soumettre à une dictée en français. Pour l’aider, son chat commet le sacrilège d’invoquer l’Eternel. Le rabbin réussit mais le chat ne parle plus. On le traite de nouveau comme un animal ordinaire. Son seul ami sera bientôt un peintre russe en quête d’une Jérusalem imaginaire où vivraient des Juifs noirs. Il parvient à convaincre le rabbin, un ancien soldat du Tsar, un chanteur et le chat de faire avec lui la route coloniale… »

Hommage à Warhol à la Cité de la Musique
Source Code, variation sur le thème du voyage dans le temps
Lea Iribarnegaray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *