Cinema
Je m’appelle Ki, un joli film sur une mère à la fois libre et digne

Je m’appelle Ki, un joli film sur une mère à la fois libre et digne

14 décembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Prix du jury au Kinopolska 2011 et sélectionné aux Venice days, également en 2011, le premier long-métrage du talentueux réalisateur polonais Leszek Dawid est un portrait touchant de femme libre. Bravant froid, colocation, ex-compagnon et pression sociale, Ki(nga) persévère à être elle-même. Une jolie énergie, à la fois réaliste et engagée, en salles le 19 décembre.

De son vrai nom Kinga, Ki (radieuse Roma GASIOROWSKA) élève son petit garçon Pio(trus) (Kamil MALECKI) tant bien que mal avec l’aide un peu bancale du papa. Pour faire bouillir la marmite du foyer, elle pose nue pour les étudiants d’une école d’art, mais doit emmener souvent son petit garçon, le père ayant bien du mal à s’en occuper. Un jour, la coupe est pleine et Ki décide, envers et contre tous, de reprendre sa liberté. Avec l’aide d’une amie, elle déménage, son petit Pio sous le bras. mais pour le garder, elle va devoir convaincre les services sociaux qu’elle peut s’en occuper en termes de revenus et d’affection. Un voisin taciturne, le laconique Miko, va peut-être aider Ki à mener de front sa vie de femme et de mère…

Porté par l’énergie de Roma GASIOROWSKA, « Ki » est une histoire de femme libre traversant l’hiver polonais. C’est paradoxalement par un usage extrêmement réaliste de la caméra que Leszek Dawid suggère la tension qui anime son personnage principal : la liberté légère et imprévoyante ou la maternité responsable. Ce faisant, il dessine le portrait touchant d’une âme non-conventionnelle. Un très joli moment de cinéma.

« Je m’appelle Ki » (Ki), de Leszek Dawid, avec Roma GASIOROWSKA, Adam WORONOWICZ, Kamil MALECKI, Sylwia JUSZCZAK, Agnieszka SUCHORA, Krzysztof GLOBISZ, Dorota POMYKA?A, Pawe? KRÓLIKOWSKI, Maja HIRSCH, Pologne, 2011, 94 min. Sortie le 19 décembre 2012.

(c) Karol Baginski

Contes des quatre horizons d’Olivier Desvaux
Le BrunchBazar est de retour ce weekend !
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture