Cinema

[Interview] Flore Bonaventura nous parle de ses débuts au cinéma dans le film « Casse-tête chinois »

[Interview] Flore Bonaventura nous parle de ses débuts au cinéma dans le film « Casse-tête chinois »

29 novembre 2013 | PAR Hugo Saadi

Flore Bonaventura, jeune actrice de 25 ans, a fait parler d’elle à la rentrée 2013 avec son rôle dans la série La Source, diffusée sur France 2. Elle arrive sur les écrans des salles obscures à partir du 4 décembre 2013 avec Casse-tête chinois, le nouveau film de Cédric Klapisch qui vient conclure de toute beauté la trilogie des « Voyages de Xavier » (la critique du film sera à lire dans les prochains jours sur Toute la Culture). Flore revient ici sur ses premiers pas au cinéma, sur la différence entre le plateau de cinéma et celui de la télévision et nous donne ses impressions sur sa pré-nomination au César 2014 de la révélation féminine.

Comment t’es-tu retrouvée sur le tournage de Casse-tête chinois ?

Mon agent m’a envoyée sur le casting qui a duré environ un mois. Après 3 tours de sélection, nous n’étions plus que deux et il y avait une rencontre avec Cécile de France, ça a été un gros mois de stress jusqu’à la réponse !

Cédric Klapisch est très proche des acteurs avec qui il tourne, peux-tu nous parler de sa façon de travailler ? Quelles expériences retiens-tu de ces jours de tournage avec lui ?

C’est très agréable de tourner avec Cédric Klapisch car il est très présent et a le sens du détail. Il a une idée précise de ce qu’il veut et en même temps, si une idée lui vient, il peut tout changer afin de la réaliser. Ainsi, lorsque nous avons tourné une scène de baiser sur le Williamsburg Bridge avec Cécile de France, il s’est aperçu tout à coup que le métro passait derrière nous toutes les cinq minutes. Il a alors tout stoppé, nous a placées devant et a tourné la scène pile au moment où le métro passait. C’est la séquence qu’il a gardée dans le film.

Dix ans après L’Auberge Espagnole et Les Poupées Russes, Casse-tête chinois vient clôturer la trilogie des « Voyages de Xavier ». N’était-ce pas trop difficile d’intégrer une équipe qui forme déjà une grande famille et d’être entourée de grands acteurs comme Audrey Tautou, Romain Duris ou encore Cécile de France ?

Cela m’a fait évidemment drôle de me retrouver au milieu de tous ces personnages cultes avec lesquels j’ai grandi. Mais ils ont tous été bienveillants et m’ont super bien accueillie !

Dans Casse-tête chinois, tu joues le rôle d’Isabelle de Groote, une baby-sitteuse qui a une liaison avec Isabelle, interprétée par Cécile de France, et ce sont pour la plupart des scènes de nus lesbiennes. Tu as débuté le tournage par l’une d’entre elles, comment se sent-on lorsque l’on doit tourner ce genre de scène ? Quel a été le rôle de Cécile de France ?

Ce n’est jamais facile de tourner nue, mais comme m’a dit Cécile pour me mettre à l’aise : « dis-toi que ta peau c’est ton costume ». Je pense que lorsqu’on est comédienne, c’est un don de soi et ça passe parfois par la nudité. Mais bon, pour moi qui suis assez pudique, me retrouver nue, devant 20 personnes, à courir sur un toit était un sacré défi. Mais Cécile me disait : « Regarde, c’est génial, on est à Manhattan, à poil, il fait beau, tu es dans un film de Klapish, tout baigne ! » Elle m’a vraiment aidée à me détendre! Et pour ce qui était de l’embrasser…on a pris ça à la rigolade, et puis… Cécile de France… il y a pire quand même non ?

On a pu te voir sur France 2 dans La Source, en octobre dernier. Il y a un grand pas entre le monde de la télévision et celui de cinéma, notes-tu de grandes différences entre un tournage de télévision et celui de cinéma ?

La grande différence entre la télé et le cinéma est évidemment le temps. Dans La Source nous tournions 6 à 7 séquences par jour, ça ne laisse pas de temps à l’improvisation. Il faut être très concentré et savoir son texte au couteau. Sur un plateau de cinéma, tout est plus lent et il y a plus de place pour la recherche. Ce sont deux façons de travailler différentes qui me plaisent tout autant.

Tu fais partie de la liste des pré-nommées au César 2014 de la révélation féminine. Dans quel état étais-tu lorsque tu as appris cette nouvelle ? Qu’est ce que cela représente pour toi ?

J’ai été très surprise de cette pré-nomination, je ne m’y attendais pas du tout. Je suis évidemment très heureuse de faire partie de ces 16 comédiennes. Mais j’essaie de ne pas y attacher non plus trop d’importance et je me concentre sur mes prochains tournages.

Te reverra-t-on donc dans des prochains épisodes de La Source ? On espère te revoir au cinéma, as-tu d’autres films de prévu, des projets qui te tiennent à coeur ?

Pour la Source il n’y aura pas de saison 2. Je commence dans quelques jours le prochain film de Jean-Paul Rouve, Les souvenirs, avec Michel Blanc et Mathieu Spinosi. Il s’agit d’une adaptation du roman de David Foenkinos. Puis ensuite j’enchaîne avec Jusqu’au dernier, une nouvelle série pour France 3 réalisée par François Velle avec Valerie Karsenti et Brigitte Fossey.

Visuel : © Yvan Grubsky

La recette de Claude : cabillaud en gratin d’ail, persil et échalote
Vide Dressing fête ses 4 ans et organise une Pin-up party
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *