Cinema

Interview d’Annie Miller, créatrice du Festival  Ciné des villes, ciné des champs

Interview d’Annie Miller, créatrice du Festival Ciné des villes, ciné des champs

20 octobre 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Du 26 au 29 octobre 2017, Ciné des villes, Ciné des champs se tiendra à Bourganeuf. Il s’agit de l’unique festival de cinéma en Creuse, créé à l’initiative du cinéaste Claude Miller ( disparu en 2012)  et son épouse Annie. Elle a accepté de répondre à nos questions à l’approche de ce beau rendez-vous

Quand et pourquoi avez-vous, avec votre époux, Claude Miller créé Ciné des villes, ciné des champs dans la Creuse ?
La Creuse est notre terroir d’adoption. La beauté des lieux, leur histoire, La culture de cette région, ses panoramas, favorisent l’inspiration et la création artistique. Peintres et philosophes y ont exercé et développé leurs talents.
L’organisation des projections de films dans plusieurs cinémas du département ont, de manière naturelle, suivi la création en 2011 de l’atelier d’écriture de scénarios. Lorsque le cinéma de Bourganeuf a été restauré à l’initiative de la communauté de communes Bourganeuf-Royère de Vassivière, nous y avons recentré les présentations des films et les rencontres avec les cinéastes. Le cinéma rebaptisé « Claude Miller », doté d’une technique parfaite, situé dans un château du Moyen âge, est un des plus beaux que je connaisse.

Vous portez une attention particulière aux ateliers pédagogiques. Racontez-moi?
La transmission de notre expérience, d’un savoir, d’une technique spécifique à la création d’un film, a été le point de départ de nos activités animées pour faire mieux connaître le travail, la technique du cinéma. Nous faisons venir des techniciens de l’image dans les lycées et collèges. Ils racontent aux élèves leur passion pour leur métier et transmettent leur goût pour un travail en équipe collaborant à la création du film d’un réalisateur . Ces échanges sont filmés et deux documentaires intitulés « Le Cinéma, ses métiers » ont déjà été réalisés. Ils sont au programme de Ciné des villes ciné des champs. Ce sont les premiers d’une série sur les métiers du cinéma. Réalisateur, décorateur, maquilleur, coiffeur, monteur, ont participé et participeront encore avec d’autres techniciens à ces actions pédagogiques.

Votre programmation mêle avant premières et grands films, comment maintenir cet équilibre ?
Nous proposons un programme réunissant des films du patrimoine et des films de l’actualité, des films populaires de qualité. Claude est un auteur populaire. Il tenait à ce titre en créant des films personnels pour un large public. Il y a réussi en s’adressant à la sensibilité et l’intelligence du spectateur.

 Qui sont les invités qui vous feront le plaisir de venir rencontrer les cinéphiles ?
Cette année nous verrons au cinema Claude Miller de Bourganeuf, Jean Paul Rappeneau qui présentera Cyrano de Bergerac, Elsa Boublil nous parlera de la musique de film et présentera le documentaire de Bertrand Tavernier « Voyage à travers le cinéma français », Philippe Torreton et le réalisateur Vincent Garenq présenteront « Présumé coupable », Dominique Besnehard, accompagné de l’actrice principale du film présentera  » Une famille syrienne », Alain Roulot, l’acteur de « Ce qui nous lie » de Cédric Klapisch et du documentaire de Lola Taboury et Carlos Orta sera présent ainsi que Charles Nemes, venu présenter son film « La tour Montparnasse infernale ». Sou Abadi présentera son film  » Cherchez La femme » dont le scénario est passé par notre atelier d’écriture.
À notre programme nous avons deux avant premières:  » Prendre le large » de Gaël Morel avec Sandrine Bonnaire et, « Wallace et Gromit Coeurs à modeler »

Avez-vous une attention pour le jeune public ?
« La tour infernale » et « Wallace et Gromit » sont des films pour adultes et pour jeune ou très jeune public. Je ne programmerai pas de films « réservés » au jeune public. Les bons films pour enfants sont bons aussi pour les adultes.

Tout le programme est ici.

Visuel : Service de presse

Women House à la Monnaie de Paris, une exposition politique et poétique
Catherine Deneuve regrette le hashtag #Balancetonporc
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *