Cinema

I, Anna : Charlotte Rampling en mère fatale

I, Anna : Charlotte Rampling en mère fatale

13 février 2012 | PAR Yaël Hirsch

En France, l’on connaissait Barnaby Southcombe pour sa mise en scène de « Trahison » d’Harold Pinter à la Comédie des Champs Elysées. Ce producteur de musique et de télévision se tourne vers le Cinéma avec un premier long-métrage dont il a adapté le scenario du roman de l’auteure américaine Elsa Lewin. Un film noir où le rôle de la femme fatale est tenu avec brio par la mère du réalisateur : Charlotte Rampling.

Anna (Charlotte Rampling)est séparée de son époux. Vivant avec sa fille et sa petite-fille, elle s’inscrit à des soirées de speed dating pour retrouver un compagnon. L’une de ces soirées la mène à rencontrer au petit matin un commissaire de police lui aussi divorcé et sortant d’une scène de crime. Il tombe sous son charme et commence à la suivre puis à la séduire, avant de réaliser qu’elle a bien plus à voir avec le crime de la nuit de leur rencontre qu’il ne le pensait…

Chassés croisés entre cabines téléphoniques, longues jambes de Charlotte Rampling à peine voilées par le bout de son trench beige, nuit londonienne et rebondissements inattendus font de ce film, un neo-classique du genre « noir » la touche british de kitsch et d’ironie mordante en plus. Rien de nouveau à signaler question scénario, donc, si ce n’est le choc de la rencontre entre Charlotte Rampling et Gabriel Byrne. Un couple tout simplement irrésistible.

I Anna, de Barnaby Southcombe, avec Cbarlotte Rampling, Gabriel Byrne, Eddie Marsan, Hayley Atwell, Grande-Bretagne/ Allemagne/ France, 2012, 93 min.

photo « grand angle » : Charlotte Rampling et Barnaby Southcombe après la projection de l’avant-première à la 62ème Berlinale

La passion finlandaise au musée d’Orsay [ Concert ]
Février : le mois du carnaval… à Buenos Aires aussi
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “I, Anna : Charlotte Rampling en mère fatale”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *